Cloud

Migration vers le Cloud – Définition

Qu’est-ce que la migration vers le Cloud ?

La migration vers le Cloud est le processus de transfert de bases de données classiques ou dites on-premise, d’applications et de processus informatiques dans le Cloud ou d’un Cloud à un autre. Il est plus communément admis qu’on parle de migration vers le Cloud quand l’entreprise passe d’une architecture on-premise, c’est à dire qu’elle a ses serveurs propres et physiquement en général das ses locaux ou desl ocaux lui appartenent vers une base de donnée das le cloud.

La migration vers le Cloud est le processus qui consiste à déplacer les opérations commerciales, techniques et applicatives vers le Cloud. La migration vers le Cloud est un peu comme un déménagement physique, sauf qu’elle implique le déplacement de données, d’applications et de processus informatiques de certains centres de données vers d’autres centres de données, au lieu d’emballer et de déplacer des biens physiques. Tout comme un déménagement d’un petit bureau vers un plus grand, la migration vers le Cloud nécessite beaucoup de préparation et de travail préalable, mais elle finit généralement par en valoir la peine, ce qui se traduit par des économies et une plus grande flexibilité.

Le plus souvent, la « migration vers le Cloud » décrit le passage d’une infrastructure sur site ou d’une infrastructure existante vers le Cloud. Toutefois, le terme peut également s’appliquer à une migration d’un Cloud à un autre Cloud.

Qu’est-ce que l’infrastructure existante ?

En informatique, le matériel ou les logiciels sont considérés comme « hérités », s’ils sont obsolètes mais toujours utilisés. Les produits et processus hérités ne sont généralement pas aussi efficaces ou sûrs que les solutions plus récentes. Les entreprises qui doivent gérer des systèmes hérités risquent de prendre du retard par rapport à leurs concurrents ; elles sont également confrontées à un risque accru de violation des données via un data breach par exemple .

Les logiciels ou le matériel hérités peuvent devenir peu fiables, fonctionner lentement ou ne plus être pris en charge par le fournisseur d’origine. Windows XP, par exemple, est un ancien système d’exploitation : sorti en 2001, ses capacités ont été dépassées par les versions ultérieures de Windows, et Microsoft ne prend plus en charge le système d’exploitation en publiant des correctifs ou des mises à jour pour celui-ci.

L’infrastructure comprend les serveurs, les équipements de réseau, les applications, les bases de données et tout autre logiciel ou matériel essentiel à l’entreprise. Les infrastructures héritées, telles que les serveurs vieillissants ou les pare-feu physiques, peuvent ralentir les processus commerciaux d’une entreprise. Elle peut également ajouter des risques supplémentaires en matière de sécurité, car les fournisseurs d’origine abandonnent le support de leurs produits et cessent de publier des correctifs de sécurité.

L’infrastructure héritée est généralement hébergée sur place, c’est-à-dire qu’elle est physiquement située dans des bâtiments ou sur la propriété où l’organisation opère. Par exemple, de nombreuses entreprises hébergent un centre de données sur site dans le même bâtiment que celui où travaillent leurs employés.

Les entreprises qui s’appuient sur une infrastructure héritée sur site (on-premise) ne peuvent pas profiter des avantages du Cloud computing. Pour cette raison, la plupart des entreprises ont aujourd’hui effectué une migration au moins partielle vers le Cloud.

Quels sont les principaux avantages de la migration vers le Cloud ?

  • L’évolutivité : Le cloud computing peut s’adapter à des charges de travail plus importantes et à un plus grand nombre d’utilisateurs bien plus facilement que l’infrastructure sur site, qui nécessite que les entreprises achètent et installent des serveurs physiques, des équipements de réseau ou des licences logicielles supplémentaires.
  • Coût : Les entreprises qui passent au Cloud réduisent souvent considérablement leurs dépenses informatiques, puisque les fournisseurs de Cloud se chargent de la maintenance et des mises à jour. Plutôt que de maintenir les choses en état de marche, les entreprises peuvent concentrer davantage de ressources sur leurs principaux besoins commerciaux, à savoir le développement de nouveaux produits ou l’amélioration des produits existants.
  • Performance : Pour certaines entreprises, le passage au Cloud peut leur permettre d’améliorer les performances et l’expérience utilisateur globale de leurs clients. Si leur application ou leur site web est hébergé dans des centres de données Cloud plutôt que dans divers serveurs sur site, les données n’auront pas à parcourir une aussi longue distance pour atteindre les utilisateurs, ce qui réduit la latence.
  • Flexibilité : Les utilisateurs, qu’ils soient employés ou clients, peuvent accéder aux services et aux données du Cloud dont ils ont besoin, où qu’ils soient. Il est ainsi plus facile pour une entreprise de se développer sur de nouveaux territoires, d’offrir ses services à un public international et de laisser ses employés travailler avec souplesse.

Quels sont les principaux défis de la migration vers le Cloud ?

Migration physique vers le Cloud

La migration de grandes bases de données : Souvent, les bases de données doivent être déplacées vers une autre plateforme pour pouvoir fonctionner dans le Cloud. Le déplacement d’une base de données est difficile, surtout s’il s’agit de grandes quantités de données. Certains fournisseurs de Cloud proposent en fait des méthodes de transfert physique des données, comme le chargement des données sur une appliance matérielle puis l’envoi de l’appliance au fournisseur de Cloud, pour les bases de données massives dont le transfert via Internet serait trop long.

Les données peuvent également être transférées sur Internet. Quelle que soit la méthode, la migration des données prend souvent beaucoup de temps.

Intégrité des données : Après le transfert des données, l’étape suivante consiste à s’assurer que les données sont intactes et sécurisées, et qu’il n’y a pas de fuites pendant le processus.

Poursuite de l’exploitation : Une entreprise doit s’assurer que ses systèmes actuels restent opérationnels et disponibles tout au long de la migration. Il faudra qu’il y ait un certain chevauchement entre les systèmes sur site et le Cloud pour assurer un service continu ; par exemple, il est nécessaire de faire une copie de toutes les données dans le Cloud avant de fermer une base de données existante. Les entreprises ont généralement besoin de migrer un peu à la fois au lieu de tout en même temps.

Comment fonctionne la migration d’une entreprise vers le Cloud ?

Chaque entreprise a des besoins différents et suivra donc un processus légèrement différent pour les migrations vers le Cloud. Les fournisseurs de cloud peuvent aider les entreprises à mettre en place leur processus de migration. La plupart des migrations vers le Cloud comprendront ces étapes de base :

Fixer des objectifs :

  • Quels sont les gains de performance qu’une entreprise espère obtenir ? À quelle date les infrastructures existantes seront-elles déchargées ? L’établissement d’objectifs à mesurer aide l’entreprise à déterminer si la migration a réussi ou non.
  • Créer une stratégie de sécurité : La cybersécurité dans le Cloud nécessite une approche différente de celle de la sécurité sur site. Dans le Cloud, les actifs de l’entreprise ne sont plus derrière un pare-feu et le périmètre du réseau n’existe pratiquement plus. Le déploiement d’un pare-feu dans le Cloud ou d’un pare-feu pour les applications web peut être nécessaire.
  • Copie de données : Sélectionnez un fournisseur de Cloud et répliquez les bases de données existantes. Cette opération doit être effectuée en continu tout au long du processus de migration afin que la base de données du Cloud reste à jour.
  • Déplacer l’intelligence économique : Cela peut impliquer de remanier ou de réécrire le code (voir ci-dessous). Cela peut être fait au coup par coup ou en une seule fois.
  • Passer de la production sur site au Cloud : Le Cloud est mis en ligne. La migration est terminée.

Certaines entreprises arrêtent leur infrastructure sur site à la fin de ces étapes, tandis que d’autres peuvent conserver leurs systèmes existants comme sauvegarde ou dans le cadre d’un déploiement de Cloud hybride.

Quelle stratégie de migration vers le Cloud les entreprises doivent-elles adopter ?

Gartner, décrit 5 options pour les entreprises qui migrent vers le Cloud. Ces stratégies de migration vers le Cloud sont communément appelées les « 5 R » :

  • Rehost – Le rehosting peut être considéré comme « la même chose, mais sur des serveurs cloud ». Les entreprises qui choisissent cette stratégie choisiront un fournisseur IaaS (Infrastructure-as-a-Service) et recréeront leur architecture applicative sur cette infrastructure.
  • Refactor – Les entreprises qui choisissent de refactoriser réutiliseront le code et les cadres existants, mais exécuteront leurs applications sur la plateforme d’un fournisseur de PaaS (Platform-as-a-Service) – au lieu de sur IaaS, comme dans le cas du rehosting.
  • Révision – Cette stratégie consiste à réécrire partiellement ou à étendre la base de code, puis à la déployer en la ré-hébergeant ou en la refactorisant (voir ci-dessus).
  • Reconstruire – Reconstruire signifie réécrire et réarchitecturer l’application à partir de la base sur la plate-forme d’un fournisseur de PaaS. Ce processus peut demander beaucoup de travail, mais il permet également aux développeurs de tirer parti des fonctionnalités modernes des fournisseurs de PaaS.
  • Remplacer – Les entreprises peuvent également choisir de se débarrasser complètement de leurs anciennes applications et de passer à des applications SaaS (Software-as-a-Service) déjà construites par des fournisseurs tiers.

Quel style de déploiement Cloud les entreprises doivent-elles choisir ?

En plus de la stratégie de migration vers le Cloud, les entreprises doivent décider de l’aspect de leur déploiement dans le Cloud une fois la migration terminée.

Un cloud hybride mélange deux ou plusieurs types d’environnements, combinant des clouds publics, des clouds privés ou des centres de données sur site. Pour qu’un déploiement de Cloud hybride fonctionne bien, l’intégration doit être étroite entre tous les Clouds et centres de données déployés, tout comme les membres de l’équipe ont besoin d’une communication particulièrement étroite s’ils sont répartis sur différents bureaux.

Un déploiement multicloud combine deux ou plusieurs clouds publics. (Les nuages publics sont partagés par plusieurs clients.) Le multicloud peut servir plusieurs objectifs : redondance/sauvegarde, réduction des coûts ou exploitation des fonctionnalités de différents fournisseurs de nuages, par exemple.

Déployer un seul Cloud à partir d’un seul fournisseur n’est pas toujours possible pour une entreprise, mais c’est une option. Les fournisseurs de Cloud proposent à la fois des Cloud public et des Cloud privé, la différence étant que les Cloud privés ne sont pas partagés avec d’autres entreprises.

 

Ecrire un commentaire