Ad
Ad
Ad
Cloud

Analyse comparative des fournisseurs de Cloud

Dans cette analyse comparative, découvrez un aperçu des revenus récurrents annuels, des stratégies hybridation du cloud et des approches en matière d'intelligence artificielle et de Machine Learning chez les principaux fournisseurs de Cloud en 2018.

Choisir le bon fournisseur public de cloud computing devient une discussion de plus en plus nuancée qui va bien au-delà de l’échelle. Nous connaissons tous les grands acteurs du cloud – AWS, Google Cloud Platform, IBM Cloud et Microsoft Azure – mais leur empilement dépend des besoins de votre entreprise.

Voici une faille dans l’empilement des fournisseurs de cloud computing et comment Oracle et Alibaba se positionnent dans le jeu sur la base des taux d’exécution annuels.

Tout d’abord, quelques points à noter : Cette liste de fournisseurs de services dans les nuages publics s’articule autour des fournisseurs de services qui offrent des offres de logiciels, de plates-formes et d’infrastructures sous forme de services. Il y a beaucoup plus de fournisseurs de cloud qui se spécialisent dans une partie de la pile logicielle de l’entreprise.

De plus en plus, les entreprises combineront les grands fournisseurs publics de cloud computing avec un spécialiste. En d’autres termes, Salesforce a des partenariats avec Amazon Web Services, Google Cloud Platform et travaille également avec IBM. Workday et IBM sont étroitement liés sur de nombreux fronts.

Parmi les plus grands acteurs du cloud public, la divulgation et la transparence des produits, des données financières et des prix sont meilleures que jamais. En gardant cette réalité à l’esprit, voici un aperçu des grands acteurs du cloud public basé sur les commentaires du public, les rapports de résultats et le rapport 2018 de RightScale sur l’état du Cloud.

Revenu annuel récurrent

Le quatrième trimestre a marqué un tournant décisif pour les principaux acteurs du cloud public : Google a en fait mis un chiffre sur ses revenus de cloud computing.

Lors de la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre de Google, Sundar Pichai, PDG de Google, a déclaré que la suite G et la plate-forme Google Cloud représentent désormais un chiffre d’affaires de 1 milliard de dollars par trimestre. Il a dit :

Nous pensons que la plate-forme Google Cloud, basée sur les données publiées pour la période de 12 mois se terminant en décembre 2017, est le principal fournisseur de cloud computing public à la croissance la plus rapide au monde. Nous concluons aussi de plus en plus d’ententes plus importantes et plus stratégiques avec nos clients. En fait, un certain nombre de transactions d’une valeur de plus d’un million de dollars pour l’ensemble des produits cloud ont plus que triplé entre 2016 et 2017.SUNDAR PICHAI

 

Brent Thill, analyste de Jefferies, a estimé que la moitié des revenus du Cloud de Google provient de G Suite.

Avec Google offrant un peu de divulgation autour de son activité cloud, il est devenu beaucoup plus facile d’établir une hiérarchie en termes de ventes. Microsoft sur son dernier trimestre a divulgué ses revenus de nuages commerciaux et un taux d’exécution annuel au nord de 21 milliards de dollars.

cloud-run-rate-2018.png

Amazon Web Services a affiché une forte croissance au quatrième trimestre et un chiffre d’affaires annuel de 20,4 milliards de dollars. Il est à noter qu’AWS a représenté la totalité du résultat d’exploitation d’Amazon en 2017.

Le chiffre d’affaires d’IBM en tant que service, qui comprend les logiciels, la plate-forme et l’infrastructure, s’élève à plus de 10 milliards de dollars.

Et Oracle, qui rend compte ligne par ligne de l’évolution de son cloud, a atteint une certaine échelle et parie que les fonctions autonomes et le data-as-a-service sont des facteurs de différenciation.

Alibaba, un fournisseur de cloud computing basé en Chine, est un AWS qui vaut la peine d’être surveillé à bien des égards. Alibaba ajoute des fonctionnalités à un clip rapide, parie sur l’intelligence artificielle et exploite une entreprise de commerce électronique massive. Ça vous dit quelque chose ?

Adoption par les entreprises

Quand vous regardez les principaux fournisseurs de cloud public, il est clair qu’AWS et Microsoft Azure sont les deux meilleurs. L’enquête menée par RightScale auprès de 997 répondants de divers secteurs d’activité et de différentes tailles d’entreprises en dit long à ce sujet.

stacking-up-cloud-vendors-2018-right-scale-2.png

Le problème avec l’intrigue Microsoft vs. AWS est que les deux géants du cloud ne se synchronisent pas très bien. Le chiffre d’affaires commercial de Microsoft dans le Cloud Computing inclut Office 365, qui domine les ventes.

stacking-up-cloud-vendors-2018-right-scale-1.png

Les principaux services qui sont dans le nuage commercial sont Azure, Office 365 services aux entreprises (Exchange Online, SharePoint Online, Skype for Business Online, Microsoft Teams), Dynamics 365, et son Enterprise Mobility + Security Suite (EMS).

msft-commercial-cloud-q2.png

En d’autres termes, les activités commerciales de Microsoft dans le nuage ressemblent davantage à Google Cloud Platform et G Suite qu’à AWS.

Tech Pro Research : Calculatrice de comparaison des coûts : G Suite vs. Office 365

Ce qui ressort clairement de l’enquête RightScale, c’est que le gâteau du nuage public se développe pour tous les principaux acteurs qui proposent une pile.

Le point à retenir ici est que ces fournisseurs de cloud sont susceptibles de partager des clients d’entreprise, qui chercheront à optimiser les coûts et souvent mettre les fournisseurs les uns contre les autres.

L’hybridation du cloud

Alors que les entreprises cherchent à avoir plusieurs lecteurs de nuages dans leur pile, elles sont également susceptibles d’exécuter leurs nuages privés aussi. Cette approche hybride des nuages est susceptible de persister dans un avenir prévisible.

C’est la raison pour laquelle VMware fonctionnant sur AWS gagne en popularité. À première vue, VMware et AWS semblent être un couple bizarre, mais le partenariat porte ses fruits sur plusieurs fronts.

Tout d’abord, vérifiez le nombre de machines virtuelles dans le nuage sur la base de l’enquête RightScale.

vms-in-the-cloud-right-scale-2018.png

virtual-machines-in-the-cloud-2017.png

Voici un aperçu de la carte de pointage lorsque la joute privée-publique de nuages est terminée.

aws-vs-azure-vs-google-vs-ibm.png

Il s’avère que tous les grands acteurs du cloud public ont une histoire hybride. Et chaque récit est un peu différent.

 

Ecrire un commentaire