RPA

Le paradoxe de l’automatisation

Le paradoxe de l’automatisation

 

Lorsque les ordinateurs commencent à faire le travail des gens, le besoin de personnes augmente souvent.

L’automatisation n’est plus réservée aux ouvriers. Les ordinateurs prennent désormais le relais des tâches effectuées par les travailleurs professionnels, ce qui fait craindre un chômage massif. Certaines personnes, comme les professeurs du MIT Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, identifient l’automatisation comme une cause de la lente reprise après la Grande Récession et du « creusement de la classe moyenne ». D’autres voient l’automatisation des cols blancs comme la cause d’un niveau de chômage technologique persistant qui exige des politiques de redistribution des richesses. La panique des robots bat son plein.

Mais ces craintes sont mal placées : ce qui se passe avec l’automatisation n’est pas si simple ou évident. Il s’avère que les travailleurs auront plus de possibilités d’emploi si leur profession est soumise à un certain degré d’automatisation informatique. Tant qu’ils pourront apprendre à utiliser les nouveaux outils, l’automatisation sera leur amie.

Prenons l’exemple de l’industrie juridique. Les ordinateurs reprennent une partie du travail des avocats et des assistants juridiques, et ils le font mieux. Depuis plus de dix ans, les ordinateurs sont utilisés pour trier les documents d’entreprise afin de trouver ceux qui sont pertinents pour les poursuites judiciaires. Ce processus – appelé « discovery » dans la profession – peut coûter des millions de dollars en factures juridiques, mais les méthodes électroniques peuventeffacerlagrandemajorité de cescoûts. De plus, les ordinateurs sont souvent plus précis que les humains : Dans une étude, les logiciels ont trouvé correctement 95 % des documents pertinents, alors que les humains n’en ont identifié que 51 %.

Mais, chose peut-être surprenante, les logiciels de découverte électronique n’ont pas jeté les assistants juridiques et les avocats dans les files d’attente du chômage. En fait, l’emploi des assistants juridiques et des avocats a connu une forte croissance. Alors que les logiciels de découverte électronique sont devenus une activité à un milliard de dollars depuis la fin des années 1990, les emplois des assistants juridiques et des juristes ont en fait augmenté plus rapidement que l’ensemble de la population active, ajoutant plus de 50 000 emplois depuis 2000, selon les données du Bureau du recensement américain. Le nombre d’avocats a augmenté d’un quart de million.

Une situation similaire s’est produite lorsque  ATMs automated the tasks of bank tellersles lecteurs de codes-barres ont automatisé le travail des caissiers : Plutôt que de contribuer au chômage, le nombre de travailleurs dans ces professions a augmenté.

Il ne s’agit pas d’exceptions particulières. En moyenne, depuis 1980, les professions dont l’utilisation de l’ordinateur est supérieure à la moyenne ont connu une croissance nettement plus rapide (0,9 % par an), comme le montre ce graphique :

Comment est-ce possible ? Il peut sembler certain que l’automatisation d’une tâche réduirait l’emploi dans une profession. Mais cette logique ne tient pas compte de certaines données économiques de base : L’automatisation réduit le coût d’un produit ou d’un service, et des prix plus bas ont tendance à attirer plus de clients. Grâce aux logiciels, il est moins cher et plus rapide de fouiller dans les documents juridiques, de sorte que les cabinets d’avocats recherchent davantage de documents et que les juges autorisent des demandes de communication de pièces de plus en plus nombreuses et de plus en plus étendues. De même, les distributeurs automatiques de billets ont permis de réduire le coût d’exploitation des agences bancaires, ce qui a entraîné une augmentation spectaculaire du nombre de bureaux des banques. Ainsi, lorsque la demande augmente suffisamment en réponse à la baisse des prix, l’emploi augmente avec l’automatisation, et non diminue. Et c’est ce qui s’est passé avec l’automatisation informatique en général au cours des trois dernières décennies. C’est aussi ce qui s’est passé pendant la révolution industrielle, lorsque l’automatisation dans le textile, la sidérurgie et toute une série d’autres industries a entraîné une augmentation importante des emplois dans le secteur manufacturier.

Mais toutes les nouvelles concernant l’automatisation des ordinateurs ne sont pas bonnes. Une partie de cette croissance des professions utilisant l’informatique s’est faite au détriment d’autres professions. Comme le montre le graphique ci-dessous, les systèmes de publication assistée par ordinateur ont entraîné une diminution des emplois pour les typographes, les graphistes ayant repris leur travail. Les lignes téléphoniques informatisées ont entraîné une diminution du nombre d’emplois pour les opérateurs téléphoniques, mais une augmentation du nombre d’emplois pour les réceptionnistes. Ce ne sont pas des exemples de « vol » d’emplois par les ordinateurs ; ce sont des cas où les ordinateurs ont aidé certains travailleurs à prendre le travail d’autres personnes. Les travailleurs disposant d’un ordinateur remplacent souvent les travailleurs occupant des emplois non informatisés.

Ainsi, si les ordinateurs créent des emplois dans certaines professions, ils en réduisent aussi dans d’autres. L’effet total sur le chômage dépend de la tendance qui est la plus forte. Certainesdemesrecherches montrent que l’effet net, dans l’ensemble de l’économie, est un lavage : Les ordinateurs créent à peu près autant d’emplois qu’ils en suppriment. En d’autres termes, l’automatisation n’entraîne pas un chômage persistant.

Cela pourrait changer dans les décennies à venir, car les nouvelles générations de logiciels alimentés par l’intelligence artificielle sont de plus en plus capables de réaliser des tâches avancées. Mais à court terme, l’histoire est bien différente. Une nouvelleétude de McKinsey & Company a examiné en détail les tâches professionnelles susceptibles d’être automatisées et a constaté que seuls 5 % environ des emplois risquent d’être complètement automatisés dans un avenir proche. Pour l’instant, le principal effet de l’automatisation ne sera pas de supprimer des emplois, mais de les redéfinir – en modifiant les tâches et les compétences nécessaires à leur exécution.

Malgré tout, cela signifie que l’automatisation pose un défi majeur. Il y aura des emplois, mais les travailleurs ne pourront les obtenir que s’ils possèdent les nouvelles compétences que les ordinateurs rendent importantes. Il n’y a pas que les compétences informatiques qui sont recherchées, car l’automatisation peut changer la nature des emplois. Par exemple, les caissiers de banque sont devenus des spécialistes du marketing, parlant aux clients des prêts bancaires, des CD et d’autres offres financières.

L’acquisition de nouvelles compétences est également un défi social important. Selon moi, les emplois qui sont transférés vers d’autres professions sont généralement des emplois peu rémunérés et peu qualifiés, de sorte que le fardeau de l’automatisation pèse le plus lourdement sur ceux qui sont le moins capables et le moins équipés pour y faire face. Et souvent, les nouvelles compétences doivent être acquises sur le tas, donc l’expérience compte. Pour relever ce défi, certains community colleges collaborent avec les employeurs locaux pour créer des programmes d’alternance travail-études qui permettent aux stagiaires d’apprendre sur le tas aussi bien qu’en classe. Certains groupes professionnels font la promotion de programmes de certification des compétences, qui permettent aux employeurs de reconnaître les compétences acquises par l’expérience. C’est le genre de politiques qui peuvent aider à surmonter le véritable fardeau de l’automatisation. Elles méritent plus d’attention que toute panique face à une supposée apocalypse des robots.

Ecrire un commentaire