GAFAM

La censure des GAFA

Les événements de ces derniers jours montrent de nouveau la dépendance des états au GAFA, vous pourrez consulter la définition des GAFAM ici

1/ Les GAFA plus fort que les Etats

Quand nous regardons les capitalisations boursières des GAFAM qui en cumulé est d’environs 7.000 milliards de dollars au 22/02/2021 ce qui équivaut à plus que le PIB de la France et L‘Allemagne réuni, alors oui on peut dire que financièrement les GAFA sont la 4eme puissance mondiale devant beaucoup de pays.

Après avoir optimisé les taxation sur le marché européen , c‘est sur un tout nouveau terrain que nous retrouvons les sociétés technologiques de communications que sont Facebook et Twitter devenues donc maître et juge de la liberté d’expression sur le vieux continent. Quand la technologie devrait libérer les peuples, nous voyons naître sous nos yeux une nouvelle dictature de la technologie.

Si Facebook ou Twitter ne s’arrêtaient qu’à la partie optimisation financière cela poserait peu de problème, mais ce n’est plus le cas, puisque ces entreprises privées s’immiscent insidieusement maintenant dans la liberté d’expression.

Après l’affaire Trump ou de nombreux détracteurs accusent Twitter de censure arbitraire, c’est au tour de la France de subir la censure de Facebook et Twitter concernant certaines personnalités politique en censurant purement et simplement les comptes de certains représentants politiques selon des raisons à priori idéologique du petit oiseau bleu, pas si bleu que cela.

Les GAFA ont ils le droit de censurer et suspendre la liberté d’expression dans des pays entiers ? La réponse est que légalement non, mais techniquement, ils le peuvent en effet le faire ! Il suffit en effet de simplement clôturer une ligne dans leurs bases de données de votre login mot de passe, une nouvelle dictature technologique s’installe peu à peu dans le monde…

Une commission indépendante devrait en principe voir le jour afin d’avoir un droit de regard sur certains sujets notamment sur les personnalités politique, agnostique du gouvernement et de l’entreprise privée, afin de ne pas être influencé par l’une ou l’autre des parties.

2/ Technologie & Idéologie

Comme à l’époque de l’imprimerie, les nouveaux censeurs naissent, à l’époque avant la démocratisation de l’imprimerie, le peuple ne pouvait pas lire, même s’il pouvait savoir lire, les livres étaient gardés par les prêtres seuls autorisés à citer ou non certains livres selon l’influence qu’ils souhaitent avoir avec le tiers état et avec la connivence des élites et des rois. 

Merci à Gutenberg qui en 1454 invente l’impression moderne et permet ainsi la diffusion du savoir à tous et pour tous, cela prendre plusieurs siècles car il eu fallu aussi apprendre au peuple à lire. Une fois que le peuple était capable de lire par lui-même.

On lui imposera plus tard, à l’âge de la télévision le mariage avec les media publique et la doxa dominante des chaînes dites publiques, à l’instar de l’imprimerie en 1453, aujourd’hui chacun grâce à l’avènement d’Internet peut poster son propre avis et ne pas suivre donc la doxa des media mainstream biberonné avec les impôts des français…

Jusqu’à récemment ou les prêtres medias se révoltent avec l’accord des maîtres  (gouvernements) pour censurer les livres (les messages) qui suivent ou non la doxa dominante, cette alliance dangereuse de la technologie et des politiques nous parait très dangereuse dans ce qui reste de la démocratie française… 

Il existe néanmoins des alternatives de plateforme media tel que Odyssée, Telegramsignal etc... 

Ecrire un commentaire