Cybersécurité Définition

Définition Web Application Security

Qu’est-ce que la sécurité des applications web ?

La sécurité des applications web est importante pour toute entreprise. Découvrez les vulnérabilités courantes des applications web et la manière dont elles peuvent être atténuées.

Qu’est-ce que la sécurité des applications web ?

La sécurité des applications web est un élément central de toute entreprise basée sur le web. La nature mondiale de l’internet expose les propriétés du web à des attaques provenant de différents endroits et à des niveaux d’échelle et de complexité variés. La sécurité des applications web traite spécifiquement de la sécurité entourant les sites web, les applications web et les services web tels que les API.

Quelles sont les vulnérabilités courantes de la sécurité des applications web ?

Les attaques contre les applications web vont de la manipulation ciblée de bases de données à la perturbation du réseau à grande échelle. Examinons quelques-unes des méthodes d’attaque ou « vecteurs » couramment exploités.

Cross site scripting (XSS) – Le XSS est une vulnérabilité qui permet à un attaquant d’injecter des scripts côté client dans une page web afin d’accéder directement à des informations importantes, de se faire passer pour l’utilisateur ou de le tromper en lui faisant révéler des informations importantes.

Injection SQL – est une méthode par laquelle un attaquant exploite des vulnérabilités dans la manière dont une base de données exécute des requêtes de recherche. Les attaquants utilisent le SQi pour accéder à des informations non autorisées, modifier ou créer de nouvelles autorisations d’utilisateur, ou encore manipuler ou détruire des données sensibles.

Attaques par déni de service (DoS) et déni de service distribué (DDoS) – Par le biais de divers vecteurs, les attaquants sont capables de surcharger un serveur ciblé ou son infrastructure environnante avec différents types de trafic d’attaque. Lorsqu’un serveur n’est plus en mesure de traiter efficacement les demandes entrantes, il commence à se comporter avec lenteur et finit par refuser le service aux demandes entrantes provenant d’utilisateurs légitimes.

Buffer Overflow – La corruption de la mémoire se produit lorsqu’un emplacement de la mémoire est modifié involontairement, ce qui peut entraîner un comportement inattendu du logiciel. Les mauvais acteurs tenteront de flairer et d’exploiter la corruption de la mémoire par le biais d’exploits tels que des injections de code ou des attaques par débordement de mémoire tampon.

Cross-site request forgery (CSRF) – Le cross-site request forgery consiste à tromper une victime en lui faisant faire une demande qui utilise son authentification ou son autorisation. En exploitant les privilèges du compte d’un utilisateur, un attaquant peut envoyer une requête en se faisant passer pour l’utilisateur. Une fois que le compte d’un utilisateur a été compromis, l’attaquant peut exfiltrer, détruire ou modifier des informations importantes. Les comptes hautement privilégiés tels que les administrateurs ou les cadres sont couramment visés.

Violation de données – Contrairement aux vecteurs d’attaque spécifiques, une violation de données est un terme général qui fait référence à la divulgation d’informations sensibles ou confidentielles, et peut se produire par des actions malveillantes ou par erreur. La portée de ce qui est considéré comme une violation de données est assez large, et peut consister en quelques enregistrements de grande valeur jusqu’à des millions de comptes d’utilisateurs exposés.

Quelles sont les meilleures pratiques pour atténuer les vulnérabilités ?

Les étapes importantes pour protéger les applications web contre l’exploitation comprennent l’utilisation d’un cryptage à jour, l’exigence d’une authentification correcte, la correction permanente des vulnérabilités découvertes et une bonne hygiène dans le développement des logiciels. La réalité est que des attaquants intelligents peuvent être capables de trouver des vulnérabilités même dans un environnement de sécurité assez robuste, et une stratégie de sécurité holistique est recommandée.

La sécurité des applications web peut être améliorée par une protection contre les attaques DDoS, la couche applicative et les attaques DNS :

WAF – Protection contre les attaques de la couche applicative
Un pare-feu d’application web ou WAF permet de protéger une application web contre le trafic HTTP malveillant. En plaçant une barrière de filtrage entre le serveur ciblé et l’attaquant, le WAF est capable de protéger contre les attaques telles que la falsification intersite, les scripts intersites et l’injection SQL. En savoir plus sur le WAF de Cloudflare.

[DDOS Comment fonctionne un WAF]

Atténuation des DDoS
Une méthode couramment utilisée pour perturber une application web est l’utilisation d’attaques par déni de service distribué ou DDoS. Le Cloudflare atténue les attaques DDoS grâce à diverses stratégies, notamment en réduisant le trafic d’attaque volumétrique à notre périphérie et en utilisant notre réseau Anycast pour acheminer correctement les demandes légitimes sans perte de service. Découvrez comment Cloudflare peut vous aider à protéger une propriété web contre les attaques DDoS.

Animation sur l’amplification du DNS en cas d’attaque DDoS
Sécurité du DNS – Protection DNSSEC
Le système de noms de domaine ou DNS est l’annuaire de l’internet et représente la manière dont un outil internet tel qu’un navigateur web recherche le bon serveur. Les mauvais acteurs tenteront de détourner ce processus de requête DNS par l’empoisonnement du cache DNS, des attaques sur le chemin et d’autres méthodes d’interférence avec le cycle de vie de la recherche DNS. Si le DNS est l’annuaire téléphonique d’Internet, alors le DNSSEC est un identifiant d’appel inviolable.

Ecrire un commentaire