Blockchain Cryptomonnaie

Définition et explications de la Blockchain ?

Qu’est-ce que la technologie Blockchain ?

Le blockchain est une invention indéniablement ingénieuse – née de l’imagination d’une personne ou d’un groupe de personnes connues sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Mais depuis lors, elle a évolué vers quelque chose de plus grand, et la principale question que chacun se pose est la suivante : Qu’est-ce que Blockchain ?

La technologie Blockchain est-elle le nouvel Internet ?

En permettant de distribuer des informations numériques sans les copier, la technologie blockchain a créé l’épine dorsale d’un nouveau type d’internet. Conçue à l’origine pour la monnaie numérique, la blockchain Bitcoin, (Acheter des bitcoins), la communauté technologique a maintenant trouvé d’autres utilisations potentielles pour cette technologie.

Dans ce guide, nous allons vous expliquer ce qu’est la technologie blockchain, et quelles sont ses propriétés qui la rendent si unique. Nous espérons donc que vous apprécierez ce guide intitulé « Qu’est-ce que la technologie blockchain ». Et si vous savez déjà ce qu’est une blockchain et que vous souhaitez devenir un développeur de blockchains, veuillez consulter notre tutoriel détaillé sur les blockchains et créer votre toute première blockchain.

Une Blockchain est, dans les termes les plus simples, est une série d’enregistrements de données immuables et datés qui est gérée par un groupe d’ordinateurs n’appartenant à aucune entité. Chacun de ces blocs de données (i.e. bloc) est sécurisé et lié aux autres à l’aide de principes cryptographiques (i.e. chaîne).

Alors, qu’est-ce qu’il a de si spécial et pourquoi disons-nous qu’il a des capacités de « disrupter » les industries ?

Le réseau blockchain n’a pas d’autorité centrale – c’est la définition même d’un système démocratisé. Comme il s’agit d’un grand livre (Ledger) partagé et immuable, les informations qu’il contient sont accessibles à tous. Par conséquent, tout ce qui est construit sur le blockchain est par nature transparent et toutes les personnes impliquées sont responsables de leurs actions.

Imaginez dans les finances de l’état, que chaque dépenses de l’état soient traçables du début à la fin, de manière transparentes et visibles par tous les citoyens sur internet. Nous aurions beaucoup moins de défiances vis à vis des états. Nous saurions combien exactement sont rémunérés les médecins, les professeurs, les dépenses pour les routes, les écoles et chaque anomalies seraient visualisables… Problématiques pour les gouvernements de beaucoup de pays.

Une blockchain ne comporte aucun coût de transaction.

(Un coût d’infrastructure oui, mais pas de coût de transaction.) Le blockchain est un moyen simple mais ingénieux de faire passer des informations de A à B de manière entièrement automatisée et sûre. L’une des parties à une transaction lance le processus en créant un bloc. Ce bloc est vérifié par des milliers, voire des millions d’ordinateurs répartis sur le réseau. Le bloc vérifié est ajouté à une chaîne, qui est stockée sur le réseau, créant ainsi non seulement un enregistrement unique, mais aussi un enregistrement unique avec un historique unique. La falsification d’un enregistrement unique signifierait la falsification de toute la chaîne dans des millions de cas. C’est pratiquement impossible. Bitcoin utilise ce modèle pour les transactions monétaires, mais il peut être déployé de nombreuses autres façons.

Pensez à une compagnie de chemin de fer. Nous achetons des billets sur une application ou sur le web. La société de carte de crédit prend une part pour le traitement de la transaction. Blockchains, non seulement l’opérateur ferroviaire peut économiser sur les frais de traitement de la carte de crédit, mais il peut aussi déplacer l’ensemble du processus de billetterie vers la blockchain. Les deux parties à la transaction sont la compagnie ferroviaire et le passager, il n’y a plus d’intérmédiaire ne servant à rien. Le billet est un bloc, qui sera ajouté à une blockchain de billets. Tout comme une transaction monétaire sur la blockchain est un enregistrement unique, indépendamment vérifiable et infalsifiable (comme Bitcoin), votre billet peut l’être aussi. Soit dit en passant, le blockchain final des billets est également un enregistrement de toutes les transactions pour, par exemple, une certaine ligne de train, ou même l’ensemble du réseau ferroviaire, comprenant chaque billet vendu, chaque voyage effectué.

Mais la clé est la suivante : c’est gratuit. Non seulement la blockchain permet de transférer et de stocker de l’argent, mais elle peut également remplacer tous les processus et modèles commerciaux qui reposent sur la facturation de frais quelconque pour une transaction. Ou toute autre transaction entre deux parties.

Voici un autre exemple. L’entreprise VISA fait payer 0,5 dollar sur une transaction entre particuliers qui achètent et vendent des services. En utilisant blockchain, la transaction est gratuite. Par conséquent, VISA cessera d’exister. Il en sera de même pour les maisons de vente aux enchères et toute autre entité commerciale basée sur le principe du marchand de bien.

Même les nouveaux venus comme Uber et Airbnb sont menacés par le blockchain. Il suffit d’encoder les informations transactionnelles pour un trajet en voiture ou une nuitée, et là encore, vous disposez d’un moyen parfaitement sûr qui perturbe le modèle économique des entreprises qui viennent tout juste de commencer à défier l’économie traditionnelle. La BLockchain ne se contente pas de supprimer l’intermédiaire chargé du traitement des frais, elle élimine également la nécessité d’une plate-forme de mise en relation.

Comme les transactions sur la blockchain sont gratuites, vous pouvez faire payer des montants infimes, disons 1/100 de cent pour une vue de vidéo ou un article lu. Pourquoi devrais-je payer un abonnement annuel à The Economist ou à National Geographic si je peux payer par article sur Facebook ou par mon application de chat préférée ? Encore une fois, n’oubliez pas que les transactions blockchain n’entraînent aucun frais de transaction. Vous pouvez faire payer n’importe quoi, quel que soit le montant, sans craindre que des tiers comme une banque ou un état ne vous privent de vos bénéfices.

Blockchain peut rendre la vente de musique en ligne à nouveau rentable pour les artistes en supprimant les sociétés de musique et les distributeurs comme Apple ou Spotify. La musique que vous achetez pourrait même être encodée dans la blockchain elle-même, ce qui en ferait une archive Cloud pour toute chanson achetée. Comme les montants facturés peuvent être faibles, les services d’abonnement et de streaming perdent toute pertinence.

Cela va plus loin. Les e-book pourraient être munis d’un code blockchain. Au lieu qu’Amazon prenne une part et que la société de carte de crédit gagne de l’argent sur la vente, les livres circuleraient sous forme codée et une transaction blockchain réussie permettrait de transférer de l’argent à l’auteur et de débloquer le livre. Transférez TOUT l’argent à l’auteur, et pas seulement les maigres redevances. Vous pouvez le faire sur un site de critiques de livres comme Goodreads, ou sur votre propre site web. Le marché Amazon est alors inutile. Les itérations réussies pourraient même inclure des critiques et d’autres informations de tiers sur le livre.

Dans le monde de la finance, les applications sont plus évidentes et les changements révolutionnaires plus imminents. Les blockchains vont modifier le fonctionnement des bourses, les prêts sont regroupés et les assurances contractées. Elles élimineront les comptes bancaires et pratiquement tous les services offerts par les banques. Presque toutes les institutions financières feront faillite ou seront obligées de changer fondamentalement, une fois que les avantages d’une technologie de registre sécurisé sans frais de transaction auront été largement compris et mis en œuvre. Après tout, le système financier repose sur le fait de prendre une petite part de votre argent pour avoir le privilège de faciliter une transaction. Les banquiers deviendront de simples conseillers, et non des gardiens de l’argent. Les courtiers en valeurs mobilières ne pourront plus percevoir de commissions.

Comment fonctionne une Blockchain ?

Imaginez un tableur qui est dupliqué des milliers de fois sur un réseau d’ordinateurs. Imaginez ensuite que ce réseau est conçu pour mettre régulièrement à jour cette feuille de calcul.

Les informations contenues dans une blockchain existent sous la forme d’une base de données partagée – et continuellement rapprochée. C’est une façon d’utiliser le réseau qui présente des avantages évidents. La base de données Blockchain n’est pas stockée dans un seul endroit, ce qui signifie que les enregistrements qu’elle contient sont véritablement publics et facilement vérifiables. Il n’existe pas de version centralisée de ces informations qu’un pirate informatique pourrait corrompre. Hébergées par des millions d’ordinateurs simultanément, ses données sont accessibles à tous sur Internet.

Pour approfondir l’analogie avec le tableur Excel, je vous propose de lire cet article d’un spécialiste des blockchains.

« La façon traditionnelle de partager des documents en collaboration est d’envoyer un document Microsoft Word à un autre destinataire et de lui demander d’y apporter des révisions. Le problème avec ce scénario est que vous devez attendre de recevoir une copie de retour avant de pouvoir voir ou faire d’autres modifications parce que vous êtes bloqué dans la modification jusqu’à ce que l’autre personne ait fini. C’est ainsi que fonctionnent les bases de données aujourd’hui. Deux propriétaires ne peuvent pas manipuler le même enregistrement en même temps. C’est ainsi que les banques conservent les soldes et les transferts d’argent ; elles verrouillent brièvement l’accès (ou diminuent le solde) pendant qu’elles effectuent un transfert, puis mettent à jour l’autre côté, puis rouvrent l’accès (ou mettent à jour à nouveau). Avec Google Docs (ou Google Sheets), les deux parties ont accès au même document en même temps, et la version unique de ce document est toujours visible pour les deux parties. C’est comme un grand livre partagé, mais c’est un document partagé. La partie distribuée entre en jeu lorsque le partage implique un certain nombre de personnes.

Imaginez le nombre de documents juridiques qui devraient être utilisés de cette façon. Au lieu de se les passer les uns aux autres, de perdre la trace des versions et de ne pas être synchronisés avec l’autre version, pourquoi *tous* les documents commerciaux ne pourraient-ils pas être partagés au lieu d’être transférés dans les deux sens ? La BLockchain serait idéales pour les contrats juridiques. Vous n’avez pas besoin d’une blockchain pour partager des documents, mais l’analogie avec les documents partagés est puissante ». – William Mougayar, conseiller en entreprise, 4x entrepreneur, marketeur, stratège et spécialiste des blockchains

C’est la raison pour laquelle le blockchain a suscité tant d’admiration :

  • Elle n’appartient pas à une seule entité, et est donc décentralisée
  • Les données sont stockées de manière cryptographique à l’intérieur
  • Le blockchain est immuable, de sorte que personne ne peut altérer les données qui s’y trouvent
  • La blockchain est transparente, de sorte que l’on peut suivre les données si l’on veut
  • Les trois piliers de la technologie blockchain

Les trois principales propriétés de la technologie Blockchain qui lui ont permis d’être largement reconnue sont les suivantes :

  • Décentralisation
  • Transparence
  • Immutabilité

#Pilier n° 1 : Décentralisation

Avant l’arrivée de Bitcoin et de BitTorrent, nous étions plus habitués à des services centralisés. L’idée est très simple. Vous avez une entité centralisée qui stocke toutes les données et vous devez interagir uniquement avec cette entité pour obtenir toutes les informations dont vous avez besoin.

Les banques sont un autre exemple de système centralisé. Elles stockent tout votre argent, et la seule façon de payer quelqu’un est de passer par la banque.

Le modèle client-serveur traditionnel en est un parfait exemple :

Qu’est-ce que Blockchain

Lorsque vous effectuez une recherche sur Google, vous envoyez une requête au serveur qui vous renvoie les informations pertinentes. C’est un simple client-serveur.

Aujourd’hui, les systèmes centralisés nous ont bien traités pendant de nombreuses années, mais ils présentent plusieurs vulnérabilités.

  • Tout d’abord, parce qu’ils sont centralisés, toutes les données sont stockées au même endroit. Cela en fait des endroits faciles à cibler pour les pirates informatiques potentiels.
  • Si le système centralisé devait passer par une mise à jour logicielle, cela arrêterait tout le système
    Que se passe-t-il si l’entité centralisée ferme ses portes pour une raison quelconque ? De cette façon, personne ne pourra accéder aux informations qu’elle possède
  • Dans le pire des cas, que se passerait-il si cette entité était corrompue et malveillante ? Si cela se produit, toutes les données qui se trouvent dans la blockchain seront compromises.

Alors, que se passe-t-il si nous retirons simplement cette entité centralisée ?

Dans un système décentralisé, les informations ne sont pas stockées par une seule entité. En fait, tout le monde dans le réseau est propriétaire de l’information.

Dans un réseau décentralisé, si vous voulez interagir avec votre ami, vous pouvez le faire directement sans passer par une tierce partie. C’était l’idéologie principale derrière Bitcoins. Vous, et vous seul, êtes responsable de votre argent. Vous pouvez envoyer votre argent à qui vous voulez sans devoir passer par une banque.

Choosing between Centralized, Decentralized, and ...

#Pilier n°2 : la transparence

L’un des concepts les plus intéressants et le plus mal compris de la blockchain est celui de la « transparence ». Certains disent que la blockchain vous donne de l’intimité alors que d’autres disent qu’il est transparent. Pourquoi pensez-vous que cela arrive ?

Eh bien… l’identité d’une personne est cachée par une cryptographie complexe et représentée uniquement par son adresse publique. Ainsi, si vous consultez l’historique des transactions d’une personne, vous ne verrez pas « Bob a envoyé 1 BITCOIN » mais plutôt « 1MF1bhsFLkBzzz9vpFYEmvwT2TbyCt7NZJ a envoyé 1 BTC ».

Voici un exemple des transactions d’Ethereum vous montrera ce que nous voulons dire :

Ethereum transactions

ATTENTION : il existe des clés publique et des clés privés, dans le cas de l’état et das une démocratie, alors les clés publiques seront visibles par les citoyens, donc les clés des gouvernements devront être « Ministère des Finances à envoyé 1.000.000€ soit 110 bitcoin à VINCI ENERGIE » qui sera aussi un compte uniquement avec une clé public.

En revanche quand il s’agira de personne privée alors les clés publiques seront différentes afin de protéger la vie privée des personnes.

Transactions Ethereum

Ainsi, même si l’identité réelle de la personne est protégée, vous verrez toujours toutes les transactions qui ont été effectuées par son adresse publique. Ce niveau de transparence n’a jamais existé auparavant au sein d’un système financier. Il ajoute ce niveau de responsabilité supplémentaire, très nécessaire, qui est exigé par certaines de ces grandes institutions.

Du point de vue de la cryptologie, si vous connaissez l’adresses public de l’une de ces grandes entreprises, vous pouvez simplement l’ouvrir dans un explorateur et voir toutes les transactions qu’elle a effectuées. Cela oblige les grandes entreprises et les états à être honnêtes, ce qu’elles n’ont jamais eu à faire auparavant.

Cependant, ce n’est pas le meilleur cas d’utilisation. Nous sommes presque sûrs que la plupart de ces entreprises ne feront pas de transactions en utilisant la cryptomonnaie, et même si elles le font, elles ne feront pas TOUTES leurs transactions en utilisant la cryptomonnaie. Cependant, que se passerait-il si la blockchain était intégrée… disons dans leur chaîne d’approvisionnement ?

Vous pouvez voir pourquoi une telle chose peut être très utile pour le secteur de la finance, n’est-ce pas ?

#Pilier n°3 : Immutabilité

L’Immutabilité, dans le contexte du blockchain, signifie qu’une fois qu’une chose a été introduite dans la blockchain, elle ne peut être altérée.

Pouvez-vous imaginer à quel point cela sera précieux pour les institutions financières ?

Imaginez le nombre d’affaires de détournement de fonds qui peuvent être étouffées dans l’œuf si les gens savent qu’ils ne peuvent pas « travailler sur les livres » et tripoter les comptes des entreprises.

La raison pour laquelle la blockchain obtient cette propriété est celle de la fonction de hachage cryptographique.

En termes simples, le hachage signifie prendre une chaîne d’entrée de n’importe quelle longueur et donner une sortie d’une longueur fixe. Dans le contexte des cryptomonnaie comme le bitcoin, les transactions sont prises en entrée et passent par un algorithme de hachage (Bitcoin utilise SHA-256) qui donne une sortie de longueur fixe.

Voyons comment fonctionne le processus de hachage. Nous allons introduire certaines entrées. Pour cet exercice, nous allons utiliser le SHA-256 (Secure Hashing Algorithm 256).

 

 

 

 

******** Hello*******

 

 

 

 

Hachage

Comme vous pouvez le voir, dans le cas du SHA-256, quelle que soit la taille de votre entrée, la sortie aura toujours une longueur fixe de 256 bits. Cela devient critique lorsque vous traitez une quantité énorme de données et de transactions. Ainsi, au lieu de vous souvenir des données d’entrée qui peuvent être énormes, vous pouvez simplement vous souvenir du hachage et garder une trace.

Une fonction de hachage cryptographique est une classe spéciale de fonctions de hachage qui possède diverses propriétés, ce qui la rend idéale pour la cryptographie. Il y a certaines propriétés qu’une fonction de hachage cryptographique doit avoir afin d’être considérée comme sûre.

Il y a juste une propriété sur laquelle nous voulons que vous vous concentriez aujourd’hui. Il s’agit de l' »effet d’avalanche ».

Qu’est-ce que cela signifie ?

Même si vous apportez une petite modification à votre saisie, les changements qui se reflèteront dans le hachage seront énormes. Testons-le en utilisant le SHA-256 :

Voyez-vous cela ? Même si vous venez de changer la casse (lower case and upper case) de la première lettre de l’entrée, regardez à quel point cela a affecté le hachage de sortie. Maintenant, revenons à notre point précédent, lorsque nous avons examiné l’architecture des blockchains. Ce que nous avons dit, c’est que :

La blockchain est une liste liée qui contient des données et un pointeur de hachage qui pointe vers son bloc précédent, créant ainsi la chaîne. Qu’est-ce qu’un pointeur de hachage ? Un pointeur de hachage est similaire à un pointeur, mais au lieu de contenir uniquement l’adresse du bloc précédent, il contient également le hachage des données à l’intérieur du bloc précédent.

C’est cette petite modification qui rend les blockchains si incroyablement fiables et innovants.

Imaginez un instant qu’un pirate informatique attaque le bloc 3 et tente de modifier les données. En raison des propriétés des fonctions de hachage, une légère modification des données modifiera le hachage de manière drastique. Cela signifie que toute modification mineure apportée au bloc 3 modifiera le hachage stocké dans le bloc 2, qui modifiera à son tour les données et le hachage du bloc 2, ce qui entraînera des modifications dans le bloc 1, etc. Cela modifiera complètement la chaîne, ce qui est impossible. C’est exactement comme cela que les blockchains deviennent immuables.

Maintien de la Blockchain – Réseau et nœuds

La blockchain est maintenue par un réseau peer-to-peer. Le réseau est un ensemble de nœuds qui sont interconnectés les uns aux autres. Les nœuds sont des ordinateurs individuels qui reçoivent une entrée, y exécutent une fonction et en donnent une sortie. La blockchain utilise un type spécial de réseau appelé « réseau poste à poste » qui répartit toute sa charge de travail entre les participants, qui sont tous également privilégiés, appelés « pairs ». Il n’y a plus un seul serveur central, mais plusieurs pairs répartis et décentralisés.

Pourquoi les gens utilisent-ils le réseau peer-to-peer ?

L’une des principales utilisations du réseau peer-to-peer est le partage de fichiers, également appelé torrent. Si vous devez utiliser un modèle client-serveur pour le téléchargement, celui-ci est généralement extrêmement lent et dépend entièrement de la santé du serveur central. De plus, comme nous l’avons dit, il est sujet à la censure.

Cependant, dans un système de pair à pair, il n’y a pas d’autorité centrale, et donc si même l’un des pairs du réseau sort de la course, vous avez encore d’autres pairs à télécharger. De plus, il n’est pas soumis aux normes idéalistes d’un système central, et n’est donc pas sujet à la censure.

Si nous devions comparer les deux :

Blockchain technology: decentralized downloading

La nature décentralisée d’un système peer-to-peer devient critique lorsque nous passons à la section suivante. Critique à quel point ? Eh bien, l’idée simple (du moins sur le papier) de combiner ce réseau peer-to-peer avec un système de paiement a complètement révolutionné le secteur financier en donnant naissance à la cryptomonnaie.

L’utilisation de réseaux et de nœuds dans les cryptocurrences

La structure des réseaux peer-to-peer en cryptomonnaie est structurée selon le mécanisme de consensus qu’ils utilisent. Pour les cryptomonnaie comme Bitcoin et Ethereum, qui utilisent un mécanisme de consensus normal pour la preuve du travail (Proof-of-work)(Ethereum passera éventuellement à la preuve de travail – Proof of work), tous les nœuds ont le même privilège. L’idée est de créer un réseau égalitaire. Les nœuds ne bénéficient d’aucun privilège particulier, mais leurs fonctions et leur degré de participation peuvent varier. Il n’y a pas de serveur/entité centralisé, ni de hiérarchie. Il s’agit d’une topologie plate.

Ces cryptomonnaie décentralisées sont structurées ainsi pour une raison simple, rester fidèle à leur philosophie. L’idée est d’avoir un système monétaire, où tout le monde est traité égalitairement et où il n’y a pas d’organe directeur, qui peut déterminer la valeur de la monnaie en fonction d’un caprice. C’est vrai pour le bitcoin et l’Ethereum.

Or, s’il n’y a pas de système central, comment chacun dans le système pourrait-il savoir qu’une certaine transaction a eu lieu ? Le réseau suit le protocole des  « gossip ». Pensez à la façon dont les ragots se propagent. Supposons qu’Alice ait envoyé 3 ETH à Bob. Les nœuds les plus proches d’elle en prendront connaissance, puis ils le diront aux nœuds les plus proches d’eux, puis ils le diront à leurs voisins, et cela continuera à se propager jusqu’à ce que tout le monde le sache. A ceci près que à l’inverse des ragots la tranmission de l’information est nette et précise, il n’y a pas de distortion lors de la transmission.

Qu’est-ce qu’un nœud dans le contexte d’Ethereum ? Un nœud est simplement un ordinateur qui participe au réseau Ethereum. Cette participation peut se faire de trois manières :

  • En conservant une copie peu profonde de la blockchain, c’est-à-dire un client léger
  • En conservant une copie complète de la blockchain, c’est-à-dire un nœud complet
  • En vérifiant les transactions, c’est-à-dire en contrôlant les opérations minières

Cependant, le problème de cette conception est qu’elle n’est pas vraiment si évolutive. C’est pourquoi beaucoup de cryptomonnaie de nouvelle génération adoptent un mécanisme de consensus basé sur le leader. Dans EOS, Cardano, Neo, etc. les nœuds élisent des nœuds leaders ou « supernodes » qui sont en charge du consensus et de la santé globale du réseau. Ces cryptos sont beaucoup plus rapides mais ne sont pas les systèmes les plus décentralisés.

Qui utilisera la Blockchain ?

En tant qu’infrastructure web, vous n’avez pas besoin de connaître la blockchain pour qu’elle vous soit utile.

Actuellement, le secteur financier offre les meilleurs exemples d’utilisation de cette technologie. Les envois de fonds internationaux, par exemple. La Banque mondiale estime que plus de 430 milliards de dollars américains ont été envoyés en 2015. Et il existe actuellement une forte demande de développeurs de blockchains.

La blockchain permet de supprimer les intermédiaires pour ce type de transactions. L’informatique personnelle est devenue accessible au grand public avec l’invention de l’interface utilisateur graphique (GUI), qui a pris la forme d’un « bureau ». De même, les interfaces graphiques les plus courantes conçues pour la blockchain sont les applications dites « portefeuille », que les gens utilisent pour acheter des choses avec Bitcoin et les stocker avec d’autres devises cryptographiques.

Les transactions en ligne sont étroitement liées aux processus de vérification d’identité. Il est facile d’imaginer que les applications « portefeuille » se transformeront dans les années à venir pour inclure d’autres types de gestion d’identité.

À quoi sert Blockchain ?

Le réseau Blockchain permet aux internautes de créer de la valeur et d’authentifier les informations numériques. Quelles nouvelles applications commerciales en découleront ?

#N° 1 Contrats intelligents ou Smart Contract

La technologie de Ledger Distribué permet de coder des contrats simples qui seront exécutés lorsque les conditions spécifiées sont remplies. Ethereum est un projet de blockchain à code open sourcequi a été construit spécifiquement pour réaliser cette possibilité. Cependant, à ses débuts, Ethereum a le potentiel de tirer parti de l’utilité des blockchains à une échelle véritablement mondiale.

Au niveau de développement actuel de la technologie, des contrats intelligents peuvent être programmés pour exécuter des fonctions simples. Par exemple, un produit dérivé pourrait être payé lorsqu’un instrument financier atteint un certain niveau de référence, l’utilisation de la technologie blockchain et de Bitcoin permettant d’automatiser le paiement.

#2 L’économie du partage

Avec des entreprises comme Uber et Airbnb en plein essor, l’économie de partage est déjà un succès avéré. Cependant, à l’heure actuelle, les utilisateurs qui souhaitent faire appel à un service de covoiturage doivent faire appel à un intermédiaire comme Uber. En permettant les paiements d’égal à égal, la blockchain ouvre la porte à une interaction directe entre les parties – il en résulte une économie du covoiturage véritablement décentralisée.

Un exemple précoce, OpenBazaar utilise la blockchain pour créer un eBay en peer-to-peer. Téléchargez l’application sur votre ordinateur et vous pouvez effectuer des transactions avec les vendeurs d’OpenBazzar sans payer de frais de transaction. L’éthique « sans règles » du protocole signifie que la réputation personnelle sera encore plus importante pour les interactions commerciales qu’elle ne l’est actuellement sur eBay.

#3 Crowdfunding

Des initiatives de financement de Crowdfunding comme Kickstarter et Gofundme font le travail de fond pour l’économie émergente de peer-to-peer. La popularité de ces sites suggère que les gens veulent avoir leur mot à dire dans le développement des produits. Les blockchains font passer cet intérêt à la vitesse supérieure, en créant potentiellement des fonds de capital-risque alimentés par le Crowdfunding.

En 2016, une de ces expériences, la DAO (Organisation Autonome Décentralisée) basée sur Ethereum, a levé la somme  de 200 millions de dollars US en un peu plus de deux mois. Les participants ont acheté des « jetons DAO » leur permettant de voter sur des investissements de capital-risque smart contract (le pouvoir de vote était proportionnel au nombre de DAO qu’ils détenaient). Un piratage ultérieur des fonds du projet a prouvé que le projet avait été lancé sans la Due Diligence requise, avec des conséquences désastreuses. Quoi qu’il en soit, l’expérience des DAO suggère que la blockchain pourrait ouvrir la voie à « un nouveau paradigme de coopération économique ».

#4 Gouvernance et Gouvernement

En rendant les résultats totalement transparents et accessibles au public, la technologie des bases de données distribuées pourrait apporter une transparence totale aux élections ou à tout autre type de scrutin. Les smart contract basés sur Ethereum aident à automatiser le processus.

L’application Boardroom permet de prendre des décisions organisationnelles sur la blockchain. En pratique, cela signifie que la gouvernance des entreprises devient totalement transparente et vérifiable lors de la gestion des actifs numériques, des capitaux propres ou des informations.

#5 Audit de la Supply Chain

Les consommateurs veulent de plus en plus savoir si le discours marketing fait par les entreprises sur leurs produits sont réelles. Les Ledger Distribués constituent un moyen facile de certifier que les informations contenues dans les produits que nous achetons sont authentiques. La transparence s’accompagne d’un datage par blockchain d’une date et d’un lieu – sur les diamants du commerce équitable, par exemple – qui correspondent à un numéro de produit.

La société Provenance, basée au Royaume-Uni, propose des audits de la Supply Chain pour toute une série de biens de consommation. Utilisant la blockchain Ethereum, un projet pilote de Provenance garantit que le poisson vendu dans les restaurants de sushi au Japon a été récolté de manière durable par ses fournisseurs en Indonésie.

#6 Stockage de fichiers

La décentralisation du stockage des fichiers sur internet présente des avantages évidents. La distribution des données sur le réseau protège les fichiers contre le piratage ou la perte.

Le système de fichiers interplanétaire ou InterPlanetary File System (IPFS) permet de conceptualiser facilement le fonctionnement d’un réseau distribué. De la même manière qu’un BitTorrent déplace des données sur internet, l’IPFS élimine la nécessité de centraliser les relations client-serveur (c’est-à-dire le web actuel). Un internet composé de sites web complètement décentralisés a le potentiel d’accélérer le transfert de fichiers et les temps de diffusion en continu. Une telle amélioration n’est pas seulement pratique. Il s’agit d’une mise à niveau nécessaire des systèmes de diffusion de contenu actuellement surchargés du web.

#7 Marchés prédictifs

Il est prouvé que les prédictions sur la probabilité d’un événement sont très précises. Le calcul de la moyenne des opinions annule les variables non examinées qui faussent le jugement. Les marchés des prévisions qui se rémunèrent en fonction des résultats des événements sont déjà existants. Les blockchains sont une technologie de « Wisdom of the Crowd » qui trouvera sans doute d’autres applications dans les années à venir.

L’application de marché de prédiction Augur fait des offres d’actions sur le résultat d’événements du monde réel. Les participants peuvent gagner de l’argent en achetant la bonne prédiction. Plus le nombre d’actions achetées sur le résultat correct est élevé, plus le gain sera important. Avec un petit engagement de fonds (moins d’un dollar), n’importe qui peut poser une question, créer un marché basé sur un résultat prédit et percevoir la moitié de tous les frais de transaction que le marché génère.

#8 Protection de la propriété intellectuelle

Comme on le sait, l’information numérique peut être reproduite à l’infini – et largement diffusée grâce à l’internet. Les internautes du monde entier disposent ainsi d’une mine d’or de contenus gratuits. Cependant, les détenteurs de droits d’auteur n’ont pas eu cette chance, perdant le contrôle de leur propriété intellectuelle et souffrant financièrement en conséquence. Des Smart Contract peuvent protéger les droits d’auteur et automatiser la vente d’œuvres créatives en ligne, en éliminant le risque de copie et de redistribution des fichiers.

Mycelia utilise la blockchain pour créer un système de distribution de musique en peer-to-peer. Fondé par l’auteur-compositeur-interprète britannique Imogen Heap, Mycelia permet aux musiciens de vendre des chansons directement au public, ainsi que de concéder des licences sur des échantillons aux producteurs et de répartir les droits d’auteur entre les auteurs et les musiciens – toutes ces fonctions étant automatisées par des contrats intelligents. La capacité des blockchains à émettre des paiements en montants cryptomonnaitaire fractionnaires (micropaiements) suggère que ce cas d’utilisation de la blockchain a de fortes chances de réussir.

#9 Internet des objets (IOT)

Qu’est-ce que l’IOT ? La gestion contrôlée par réseau de certains appareils électroniques tel que les stores, le frigo ou même la température de la voiture – par exemple, la surveillance de la température de l’air dans une installation de stockage. Des Smart Contracts permettent d’automatiser la gestion des systèmes à distance. Une combinaison de logiciels, de capteurs et le réseau facilite l’échange de données entre les objets et les mécanismes. Il en résulte une efficacité accrue du système et un meilleur contrôle des coûts.

Les plus grands acteurs des secteurs du manufacturing, de la technologie et des télécommunications se disputent la domination des marchés de l’IOT. Pensez à Samsung, IBM et AT&T. Prolongement naturel de l’infrastructure existante contrôlée par les opérateurs historiques, les applications IOT couvriront toute la gamme des activités allant de la maintenance prédictive des pièces mécaniques à l’analyse des données, en passant par la gestion de systèmes automatisés à grande échelle.

#10 Gestion de l’identité

Il est absolument nécessaire d’améliorer la gestion des identités sur le web. La possibilité de vérifier votre identité est le pivot des transactions financières qui se font en ligne. Cependant, les solutions aux risques de sécurité qui accompagnent le commerce sur le web sont, au mieux, imparfaits. Les grands livres distribués offrent des méthodes améliorées pour prouver qui vous êtes, ainsi que la possibilité de numériser des documents personnels. Il sera également important d’avoir une identité sûre pour les interactions en ligne, par exemple dans l’économie du partage. Après tout, une bonne réputation est la condition la plus importante pour effectuer des transactions en ligne.

L’élaboration de normes d’identité numérique s’avère être un processus très complexe. Outre les défis techniques, une solution d’identité en ligne universelle nécessite une coopération entre les entités privées et le gouvernement. Ajoutez à cela la nécessité de naviguer dans les systèmes juridiques de différents pays et le problème devient exponentiellement difficile. Le commerce électronique sur Internet repose actuellement sur le certificat SSL (le petit cadenas vert dans la barre de navigation) pour les transactions sécurisées sur le web. Netki est une start-up qui aspire à créer une norme SSL pour la blockchain. Ayant récemment annoncé un tour de table de 3,5 millions de dollars, Netki prévoit à lancé son produit au début de 2017.

#11 AML et KYC

Les pratiques de lutte contre le blanchiment d’argent (AML – Anti Monay Laundering) et de connaissance du client (KYC – Know Your Customer) ont un fort potentiel d’adaptation à la blockchain. Actuellement, les institutions financières doivent mettre en place un processus à plusieurs étapes complexe  pour chaque nouveau client. Les coûts de la KYC pourraient être réduits grâce à une vérification croisée des clients par les institutions et, dans le même temps, accroître l’efficacité du suivi et de l’analyse.

La start-up Polycoin dispose d’une solution AML/KYC qui implique l’analyse des transactions. Les transactions identifiées comme suspectes sont transmises aux agents de conformité. Une autre startup, Tradle, développe une application appelée Trust in Motion (TiM). Caractérisée comme un « Instagram for KYC », TiM permet aux clients de prendre un instantané des documents clés (passeport, facture de services publics, etc.). Une fois vérifiées par la banque, ces données sont stockées de manière cryptographique sur le blockchain.

#12 Data Management

Aujourd’hui, en échange de leurs données personnelles, les gens peuvent utiliser gratuitement les plateformes de médias sociaux comme Facebook. À l’avenir, les utilisateurs auront la possibilité de gérer et de vendre les données que leur activité en ligne génère. Comme il est facile de les distribuer en petites fractions, les bitcoins – ou tout autre crypto – seront très probablement la monnaie utilisée pour ce type de transaction.

Le projet Enigma du MIT comprend que la confidentialité des utilisateurs est la condition préalable essentielle à la création d’un marché des données personnelles. Enigma utilise des techniques cryptographiques pour permettre aux ensembles de données individuels d’être répartis entre les nœuds et, en même temps, d’effectuer des calculs de masse sur l’ensemble du groupe de données. La fragmentation des données rend également Enigma modulable (contrairement aux solutions de type blockchain où les données sont répliquées sur chaque nœud). Un lancement bêta est promis dans les six prochains mois.

#13 Enregistrement Notarial

En tant que grands livres accessibles au public, les blockchains peuvent rendre plus efficace la tenue de toutes sortes d’archives. Les titres de propriété en sont un exemple. Ils sont souvent sujets à la fraude et leur administration est coûteuse et exigeante en main-d’œuvre.

Un certain nombre de pays ont entrepris des projets de blockchains de registres fonciers. Le Honduras a été le premier gouvernement à annoncer une telle initiative en 2015, bien que l’état actuel de ce projet ne soit pas clair. Récemment, la République de Géorgie a conclu un accord avec le groupe Bitfury pour développer un système de blockchain pour les titres de propriété. Hernando de Soto, économiste de renom et défenseur des droits de propriété, serait le conseiller de ce projet. Plus récemment, la Suède a annoncé qu’elle expérimentait une application de blockchain pour les titres de propriété.

#N°14 Négociation des actions

Le potentiel d’efficacité accrue dans le règlement des actions plaide fortement en faveur des blockchains dans les opérations boursières. Lorsqu’elles sont exécutées en peer-to-peer, les confirmations de transactions deviennent presque instantanées (au lieu de prendre trois jours ). Cela signifie potentiellement que les intermédiaires – tels que la chambre de compensation, les auditeurs et les dépositaires – sont retirés du processus.

De nombreuses bourses de valeurs et de marchandises sont en train de mettre au point des applications de blockchain pour les services qu’elles offrent, notamment l’ASX (Australian Securities Exchange), la Deutsche Börse (bourse de Francfort) et le JPX (Japan Exchange Group). La bourse la plus connue est Linq du Nasdaq, une plate-forme de négociation sur le marché privé (généralement entre les jeunes pousses et les investisseurs avant l’introduction en bourse). En partenariat avec l’entreprise technologique Blockchain, Linq a annoncé la réalisation de sa première transaction d’actions en 2015. Plus récemment, le Nasdaq a annoncé le développement d’un projet de blockchain pour le vote par procuration sur le marché boursier estonien.

 

Bref vous l’aurez compris la Blockchain est en train de révolutionner l’ensemble des industries et notamment l’industrie de la finance miner par la corruption des gouvernements et des banques centrales, lors de la crise de 2008 par exemple ou les taxes des citoyens est venu au secours dans banques plongeant la France das le gouffre irremboursable das le quel nous sommes :

Gauche/Droite : La réalité de la hausse de la dette sous ...

 

La Blockchain permettra donc une meilleur transparence des comptes publiques et potentiellement même un vote pour sauver ou non les banques directement par les citoyens.

 

 

Ecrire un commentaire