Tag

startup

Browsing

ReachFive lève 9 M€ pour se développer en Europe

⌚: 2 minutes

Les levées de fonds s’accélèrent chez ReachFive. Créée il y a à peine 6 ans, cette jeune pousse française spécialisée dans le CIAM (Customer Identity et Access Management), vient d’annoncer la clôture d’un troisième tour de table financier en Série A de 10 millions de dollars (8,9 millions d’euros). Jusqu’ici, elle était parvenue à récupérer 2 millions d’euros en partie auprès du fonds luxembourgeois Takara Investment qui était entré au capital de l’entreprise durant l’été 2015 aux côtés de la société Graphinium. Cette fois, l’opération a été emmenée par de nouveaux entrants, à savoir  CapHorn Invest, avec la participation de Dawn Capital et Ventech. A leurs côtés, Takara, Bpifrance  et ZTP (Association familiale Mulliez) ont renouvelé leur soutien à la start-up.

Avec cet apport, l’entreprise va se renforcer en Europe avec l’ouverture d’un premier bureau à Londres prévue pour le second semestre, suivi d’un autre en Allemagne. L’accent sera également mis sur l’innovation de ses offres et de ce fait, sur le renforcement massif des activités de R&D. Fondé en octobre 2013 par Jeremy Dallois et installé à Paris, ReachFive a développé une solution en mode SaaS qui aide les entreprises à unifier et gérer les identités de leurs clients.

Plus de 40 millions de connexions clients

Déployé au cœur du système de la relation clients des enseignes et des entreprises, l’application permet de stimuler leurs ventes et d’optimiser leurs initiatives marketing et CRM. Plus de 40 millions de connexions clients ont été générées via la plate-forme. Celle-ci a su convaincre des acteurs de divers  secteurs tels que BUT, Boulanger, Le Groupe Etam, L’Occitane, le Groupe Hachette, La Compagnie des Alpes, Lapeyre, ENGIE, Micromania, Vertbaudet, ou encore La Redoute.

RPA : La croissance impressionnante de UiPath en France

⌚: 2 minutes

Installé depuis l’été 2017 en France, l’éditeur de logiciels d’automatisation de process (ou RPA pour Robotics Process Automation) enregistre un succès hors norme auprès des clients et partenaires français. Il revendique ainsi plus d’une centaine de nouvelles références gagnées sur l’année 2018 et plus d’une cinquantaine de partenaires engagés, parmi lesquels une majorité d’intégrateurs gloabaux et de cabinets de conseils (Accenture, Deloitte, Sia Partners, Argon Consulting, Ginini-Antipode, Magellan Consulting, Onepoint…), mais aussi des sociétés de services IT plus traditionnelles (Capgemini, Sopra Steria…), voire même des intégrateurs locaux (Ai3, Keyrus, Arondor…). Surtout, après dix-huit mois de présence, UiPath France compte déjà plus de 40 collaborateurs.

Au niveau mondial aussi, la croissance est rapide. Du moins depuis 2013, époque à laquelle l’entreprise, créée en 2005, a pivoté de l’extraction de données Web (Screen Scraping) à l’automatisation de process. L’effectif est ainsi passé de 600 à 2200 personnes au cours des douze derniers mois. Sa valorisation a suivi la même courbe, passant de 1 milliard de dollars début 2018 à 4 milliards, en septembre dernier lors de sa dernière levée de fonds – qui lui a permis de franchir le cap des 400 millions de dollars levés en cumulé. L’éditeur a déclaré avoir dépassé les 100 millions de dollars de revenus récurrents en juillet dernier et espère atteindre les 200 millions dans les prochaines semaines.

« Les solutions d’UiPath permettent aux entreprises de libérer leur productivité en automatisant les tâches annexes répétitives », expose Eric Adrian, directeur général d’UiPath France. Un peu à la manière d’une macro Excel, la technologie UiPath va être capable, en s’appuyant sur des techniques de machine learning et l’intelligence artificielle, d’enregistrer les enchaînements d’actions accomplies par les utilisateurs (connexion à un site Web, copie de données, collage de ces données dans un document, envoi de ce document…) et de les rejouer automatiquement à demande. UiPath parle d’assistants virtuels. Les cas d’usage sont très nombreux : analyse de risque, suivi de commande, gestion d’investissements, traitement de commandes, rapprochement de factures, etc.

L’une des raisons de l’engouement pour l’offre UiPath, c’est sa simplicité d’utilisation et de mise en œuvre, poursuit Eric Adrian. Les processus s’assemblent par glisser-déposer. Une quinzaine de jours suffisent aux partenaires pour obtenir la certification développeurs-experts et pouvoir ainsi prendre en main les projets des clients. L’éditeur finance une académie qui permet de se former et d’accéder gratuitement au logiciel.

UiPath se caractérise également par sa politique très « partenaires-friendly ». S’il dispose d’équipe commerciales directes, l’éditeur exige ainsi que 100% des affaires soient traitées par les partenaires. Il estime que pour un euro de licence vendu, les partenaires vont générer en moyenne quatre euros en prestations de conseil et d’implémentation.

1. Chime

Chime est une application bancaire mobile dont le slogan est  » banking like it should be  » et qui offre une approche à deux volets pour assurer le succès des entrepreneurs : économiser de l’argent et le gérer. Chime offre un compte de dépenses, une carte de débit Visa Chime et un compte d’épargne. Le compte d’épargne peut être mis en place pour l’épargne automatique en mettant de côté 10 % d’un dépôt sous forme d’épargne ou en arrondissant les achats et en déplaçant la différence vers l’épargne.

Les entrepreneurs qui ont connu les hauts et les bas des affaires seront rassurés par le fait que le Chime n’augmente pas les frais pour les découverts, le service mensuel, les transferts ou les transactions à l’étranger, et que les utilisateurs ne sont pas tenus de conserver un solde minimum. L’application primée fournit des alertes en temps réel, ainsi que des notifications de solde quotidiennes, et permet aux utilisateurs d’effectuer des transferts d’argent entre comptes ou avec d’autres personnes ou entreprises. Il s’intègre également à d’autres plateformes de paiement pour éliminer les chèques papier – et si un propriétaire d’entreprise doit en émettre un, il peut soumettre une demande via l’application Chime et demander à Chime de l’envoyer. Mieux encore pour les entrepreneurs inquiets des failles de sécurité, Chime utilise le cryptage AES 128 bits et des processus sécurisés.

2. Wave

Wave offre des logiciels financiers gratuits pour les entreprises comptant neuf employés ou moins. Ce logiciel facile à utiliser prend en charge les tâches comptables des entrepreneurs en les aidant à faire le suivi des dépenses et des ventes, à gérer les factures, à accepter les paiements et à suivre les comptes débiteurs, à émettre la paie, à numériser les reçus et à créer des rapports comptables. L’entreprise offre également un logiciel gratuit de finances personnelles qui permet aux propriétaires d’entreprise de gérer leurs finances personnelles et professionnelles par l’entremise d’une plateforme unique tout en les gardant séparées.

L’application permet aux entrepreneurs de joindre leurs comptes bancaires et cartes de crédit et de personnaliser leur tableau de bord instantanément. Wave offre une comptabilité en partie double et un suivi organisé pour aider les entrepreneurs à se préparer à l’impôt ; les entrepreneurs peuvent également inviter ceux qui les aident à gérer leurs livres – des CPA aux partenaires commerciaux – à collaborer via l’application. Pour ceux qui veulent contrôler eux-mêmes les données financières, le logiciel les aide à émettre des comptes de résultat, des bilans, des rapports de taxe de vente, et plus encore. Et pour les personnes soucieuses de la sécurité, Wave offre un cryptage 256 bits et des connexions en lecture seule avec les données bancaires, et il est certifié PCI Level-1 pour traiter les informations financières sensibles.

3. Spending Tracker

Pour les entrepreneurs qui veulent suivre leurs dépenses afin de développer des budgets précis, Spending Tracker est une application gratuite qui indique où va l’argent. L’application intuitive aide les petites entreprises à voir comment les dépenses ont été réparties sur une certaine période de temps, leur permettant de voir si elles ont besoin d’automatiser un processus simple, mais long, ou d’embaucher du personnel. Les utilisateurs peuvent joindre leurs comptes bancaires et fixer des objectifs pour chaque catégorie budgétaire afin de pouvoir suivre leurs progrès au cours d’un mois ou d’une année donnée.

La facilité de visualisation et de synchronisation de l’application gratuite – les partenaires d’affaires, par exemple, peuvent synchroniser leurs téléphones sur le même compte – indique clairement quand une certaine catégorie consomme des profits ou finance en fait d’autres, aidant les entrepreneurs à maximiser leur argent.

Bon nombre d’applications aident aujourd’hui les propriétaires de petites entreprises à s’acquitter de leurs tâches financières, à économiser de l’argent et à capitaliser sur l’argent qu’ils ont gagné. Ces trois applications gratuites peuvent ainsi aider les entrepreneurs à aller de l’avant.