Tag

start up

Browsing

MON MASQUE FRANÇAIS

Mon Masque Français est né d’une volonté commune de soutenir le travail extraordinaire des couturières professionnelles qui se sont données corps et âmes depuis le début de la crise du Covid-19 en confectionnant bénévolement et dans l’urgence des masques barrières pour aider les personnels soignants et/ou exposés chaque jour au Covid-19 dans le cadre de leurs activités professionnelles. La marque Mon Masque Français et un fabricant de masque français réutilisable en tissu et aux normes AFNOR.

Une initiative solidaire

Face à l’urgence et à la pénurie de masques frappant le pays, notre volonté première a été la création d’une plateforme solidaire de mise en relation entre bénévoles, couturiers/ères et personnels exposés en manque de masques, calots ou sur-blouses. Grâce à une Map interactive, chacun peut y déposer ses demandes ou y consulter les propositions de dons selon sa région, de sa ville, de son quartier… Cette plateforme fonctionne uniquement sur la base du volontariat, aucune transaction commerciale ne peut y être effectuée. Découvrez la plateforme d’entraide de Mon Masque Français > 

Masque-Solidaire
Masque-Solidaire

Naissance d’une marque

Mon masque Français a souhaité aller encore plus loin dans la démarche en lançant une boutique en ligne pour toutes et tous, toujours dans l’optique de soutenir les couturières professionnelles et la filière française, mais aussi les associations ayant besoin de masques et protections pour assurer leurs missions d’entraide. Et tout en permettant à tout à chacun, en acquérant un #MonMasqueFrancais, de pouvoir sortir protégé… tout en restant stylé !

Nos engagements

Mon Masque Français s’inscrit ici dans une démarche éthique et responsable avec des masques durables, lavables et donc réutilisables plusieurs fois, confectionnés exclusivement en France dans des tissus de qualité. Tous sont tous fabriqués selon les recommandations AFNOR SPEC S76-001.

NOS COLLECTIONS
Nos Masqu’ottes

Confectionnés par Juliette, Virginie, Maryne, nos couturières indépendantes parisiennes, Nos Masqu’ottes sont des masques barrières AFNOR SPEC S76-001* en tissu 100 % coton 3 plis 3 couches, avec barre nasale et insert pour filtre, et aux coloris et motifs tendances.

*Masques barrières réalisés en conformité et selon les recommandations de l’AFNOR SPEC S76-001.

Mes Masques Solidaires

Fabriqués dans un atelier basé à Toulouse, Mes Masques Solidaires sont des masques « Grand Public » (Catégorie 1 « UNS 1 »)** en tissu 100 % coton blanc. Outre leur prix qui se veut le plus accessible possible, nous avons souhaité pousser notre engagement solidaire encore plus loin….

> En achetant 3 Masques Solidaires, nous nous engageons à offrir 1 masque à une association ayant besoin de masques pour assurer ses missions. Les associations bénéficiaires pouvant varier selon les besoins et urgences de chacun, nous nous engageons à informer des dons effectués sur le site et via nos newsletters.

Mes Masques Création

Fabriqués dans un atelier à Toulouse, Mes Masques Création sont des masques « Grand Public » (Catégorie 1 « UNS 1 »)** alliant 2 couches 100% coton et une couche en polyester aux motifs imaginés par notre propre équipe de joyeuses créatives.

**Tests validés auprès du CHU de Grenoble et en cours de validation auprès de la DGA (délais allongés compte tenu de la forte demande).

E-shop-mon-masque-francais
E-shop-mon-masque-francais

 

 

La réussite des premiers projets blockchain laisse présager de belles perspectives d’avenir

⌚: 6 minutes

 

Ces deux dernières années, nous avons été témoins de l’explosion de la cryptomonnaie , suivie (peu de temps après) d’une implosion qui fit disparaître près de 80% de la valeur du marché. Depuis ses débuts, les fervents adeptes de la cryptomonnaie n’ont cessé d’insister sur le fait qu’il ne s’agit là que des difficultés croissantes d’une industrie financière nouvelle et dynamique, alors même que les cas de fraude ont encore endommagé le marché.

Le point positif de cette expérience a été la montée en puissance de la technologie blockchain, qui devrait générer de la valeur réelle à long terme de la vague de la cryptomonnaie.

Jusqu’à présent, une grande partie de l’attention accordée à la blockchain s’est concentrée sur les start-up. Elles ont construit des produits pouvant prouver l’efficacité du concept. À un stade précoce, la recherche et le développement ont encore du pain sur la planche mais ils continuent avancer. Malgré tout, selon certaines études, les projets autour de la blockchain ont un taux d’échec astronomique (jusqu’à 92%).

 

La réalité de la Blockchain

La majorité des projets de la blockchain échouent. Mais, la majorité des start-up (de toutes catégories) échouent. La plupart des nouveaux restaurants échouent. La majeure partie de toutes les nouvelles industries échouent. Mais nous avons toujours des start-up, et nous avons toujours des restaurants. Google l’a fait, Microsoft l’a fait, Internet l’a fait. Alors pourquoi certains projets autour de la blockchain ne résisteraient pas ?

Les statistiques abordées ci-dessus incluent les projets qui n’étaient pas viables en premier lieu. Ceux qui avaient des développeurs à temps partiel qui ne pouvaient pas consacrer le temps qu’exigeait leur projet parallèle de la blockchain. Certaines des start-up n’ont jamais attiré suffisamment de financement sur le marché sursaturé du ICO (Initial Coin Offering) pour même se lancer.

Lorsque vous éliminez les projets correspondant à ces descriptions, il ne reste plus grand monde. Rien de tout cela ne signifie donc que la blockchain soit un fiasco.

 

D’innombrables exemples de technologie de la blockchain sont déjà utilisés aujourd’hui.

Qu’il s’agisse de l’industrie médicale ou des entreprises de e-commerce avant-gardistes, la blockchain prend pied dans notre vie quotidienne et ne montre aucun signe de ralentissement. D’ailleurs, la plus grande partie de la technologie Blockchain a été construite par des entreprises qui existent depuis longtemps. Les technophiles ne s’attendaient pas à ce qu’elles mènent la danse dans un type de technologie aussi avancée.

 

Entrepreneurs, vous avez une opportunité : saisissez-la.

Certains projets montrent l’ampleur de la technologie blockchain et comment elle continuera à être adaptée pour résoudre certains problèmes commerciaux importants à l’échelle mondiale. Ils peuvent également servir d’amorce précieuse pour les entrepreneurs de la blockchain de demain. Cela peut les orienter vers le type de produits qui ont de réelles chances de succès. La sécurité des données partout dans le monde est un énorme avantage.

 

Exemples d’entreprises qui réussissent avec la technologie blockchain

TradeLens

L’une des applications les plus réussies de la technologie de la blockchain à ce jour concerne la logistique. La plate-forme est une coentreprise entre le géant technologique IBM et le géant mondial du transport maritime Maersk. Ces deux entreprises ont pour objectif de fournir des informations en temps réel à tous les niveaux de l’industrie mondiale des conteneurs maritimes.

Depuis son lancement en août 2018, TradeLens a déjà quitté le stade bêta et est maintenant utilisé mondialement. Leurs clients sont des compagnies maritimes, des opérateurs portuaires et même des autorités douanières.

En février 2019, le système avait déjà capturé près de 254 millions d’événements d’expédition unique, faisant de TradeLens l’un des systèmes de blockchain commerciaux les plus utilisés à ce jour. C’est aussi l’une des rares plates-formes à avoir connu suffisamment de succès pour avoir déjà attiré la concurrence, sous la forme d’un nouveau concurrent, Global Shipping Business Network, qui utilise également la technologie blockchain.

Tracr

Il existe un autre système alimenté par une blockchain qui est sur le point d’être adopté en masse dans une industrie où l’on s’y attendrait le moins. Tracr est l’idée du géant de l’industrie du diamant, le groupe De Beers. Il est conçu pour créer de la certitude et de la transparence dans une industrie qui a manqué des deux pendant des siècles.

Le système, qui permettra de suivre les diamants à partir du moment où ils sont extraits, tout au long de la chaîne de valeur et entre les mains des consommateurs, vise à réduire certains problèmes.

Le principal de ces problèmes est le fléau du commerce des diamants de guerre qui sévit depuis des générations. Ensuite, il faut également authentifier les diamants naturels à un moment où les solutions de rechange cultivées en laboratoire deviennent presque impossibles à distinguer de leurs homologues exploitées.

Le système a déjà été utilisé pour suivre des diamants, de la mine jusqu’à leur destination finale au détail. Il devrait être entièrement en ligne au début 2019.

IBM Food Trust

En plus de leur partenariat avec Maersk qui a donné naissance au système TradeLens, IBM développe également un certain nombre de systèmes blockchain autonomes qui sont déjà largement utilisés.

L’une des plus importantes à ce jour est IBM Food Trust, une plate-forme (utilisant la blockchain) conçue pour assurer la transparence et la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale.

Le géant mondial des supermarchés Carrefour a déjà signé le projet. Cela rend IBM Food Trust viable dès le premier lancement. Ce système intervient à un moment où l’industrie alimentaire mondiale est confrontée à certains défis, notamment une forte augmentation des maladies d’origine alimentaire, ce qui fait de la traçabilité une caractéristique bienvenue. Selon les premiers tests, la plateforme IBM Food Trust pourrait réduire le temps nécessaire pour identifier la source d’une maladie alimentaire à quelques secondes (plutôt qu’à quelques jours).

Réseau d’information interbancaire

Même si l’on s’attendait à ce que les cryptomonnaies révolutionnent certaines parties du système financier mondial. Il semblerait que la blockchain soit le véritable changement. Pour preuve, il suffit de regarder le IIN de JPMorgan (Interbank Information Network), qui est un réseau alimenté par une blockchain qui vise à accélérer les paiements transfrontaliers entre institutions financières mondiales.

Il s’agit de la plate-forme bancaire la plus adoptée à ce jour, avec plus de 75 institutions participantes. Et, c’est aussi l’un des plus anciens représentants des grands projets liés à la blockchain (qui remontent jusqu’en 2017).

Les développeurs de l’IIN espèrent qu’il sera le successeur éventuel de la norme actuelle de messagerie interbancaire (connue sous le nom de SWIFT) car il facilitera les transferts internationaux d’argent en réduisant le temps qu’il faut actuellement pour résoudre les retards réglementaires ou autres retards liés aux données.

 

Les leçons tirées des premiers projets Blockchain

Si vous voulez faire partie des quelque 8 % de projets blockchain qui n’échouent pas, il est certainement utile d’avoir des milliards de dollars de R&D à investir. C’est ce que l’on retient des différents exemples cités ci-dessus.

Cependant, la véritable leçon à retenir est que les projets les plus réussis sont ceux qui cherchent à constituer un service de base pour toute une industrie ou un segment de marché. De cette façon, il devient possible d’obtenir l’adhésion de multiples intervenants, ce qui augmente les chances globales de succès éventuel.

Alors, cherchez un marché qui a besoin d’efficacité ou de transparence, et soyez prêt à vous associer avec autant d’acteurs de l’industrie que possible. C’est la voie la plus sûre pour atteindre le succès avec la technologie de la blockchain.