Catégorie

Blockchain

Catégorie

Quels sont les 4 différents types de technologie blockchain ?

Qu’il soit public, privé, hybride ou en consortium, chaque réseau blockchain présente des avantages et des inconvénients distincts qui déterminent en grande partie ses utilisations idéales – et déterminent celui qui vous convient le mieux.

Dans la foulée de l’ascension du bitcoin en tant que technologie blockchain de première génération, les entreprises commencent à mettre en production leurs projets blockchain. L’enquête 2019 de Gartner sur les DSI a révélé que 60 % d’entre elles s’attendent à déployer la blockchain d’ici 2022, mais que seulement 5 % la considéraient comme un changement de jeu. Mais cela change à mesure que le bitcoin et d’autres cryptomonnaies arrivent à maturité, que les investisseurs exigent une responsabilisation de la chaîne d’approvisionnement et que des middlewares sont développés.

Selon Gartner, les cas d’utilisation de la production en entreprise devraient connaître une croissance à deux chiffres en 2021. Cependant, différents cas d’utilisation nécessitent différents types de blockchain.

Il existe quatre grands types de réseaux blockchain : les blockchains publiques, les blockchains privées, les blockchains de consortium et les blockchains hybrides. Chacune de ces plateformes a ses avantages, ses inconvénients et ses utilisations idéales.

« Si la technologie blockchain qui sous-tend les projets est la même, les utilisateurs finaux cibles des différents types de blockchain peuvent différer », a déclaré Espae Hong, responsable de l’Institut de recherche blockchain de la CBDC. Les blockchains publiques visent le grand public en tant qu’utilisateurs finaux, tandis que les blockchains privées sont destinées aux utilisateurs sur invitation seulement et à leurs réseaux, a-t-elle ajouté.

1. Blockchain publique

Comment fonctionne-t-elle ? Le premier type de technologie blockchain est la blockchain publique. C’est de là que proviennent les cryptomonnaies comme le bitcoin, qui ont contribué à populariser la technologie du ledger distribué (DLT). Elle supprime les problèmes liés à la centralisation, notamment une sécurité et une transparence moindres. La technologie DLT ne stocke pas les informations en un seul endroit, mais les distribue sur un réseau de pair à pair. Sa nature décentralisée exige une méthode pour vérifier l’authenticité des données. Cette méthode est un algorithme de consensus par lequel les participants à la blockchain se mettent d’accord sur l’état actuel du Ledger. La preuve de travail (PoW) et la preuve d’enjeu (PoS) sont deux méthodes de consensus courantes.

La blockchain publique est non restrictive et sans autorisation, et toute personne disposant d’un accès à Internet peut se connecter à une plateforme blockchain pour devenir un nœud autorisé. Cet utilisateur peut accéder aux enregistrements actuels et passés et mener des activités de minage, les calculs complexes utilisés pour vérifier les transactions et les ajouter au ledger. Aucun enregistrement ou transaction valide ne peut être modifié sur le réseau, et n’importe qui peut vérifier les transactions, trouver des bugs ou proposer des modifications car le code source est généralement open source.

2. Blockchain privée

Comment cela fonctionne. Un réseau blockchain qui fonctionne dans un environnement restrictif comme un réseau fermé, ou qui est sous le contrôle d’une seule entité, est une blockchain privée. Bien qu’il fonctionne comme un réseau blockchain public dans le sens où il utilise des connexions pair-à-pair et la décentralisation, ce type de blockchain est à une échelle beaucoup plus petite. Au lieu que n’importe qui puisse s’y joindre et fournir de la puissance de calcul, les blockchains privées sont généralement exploitées sur un petit réseau au sein d’une entreprise ou d’une organisation. Elles sont également appelées blockchains à autorisation ou blockchains d’entreprise.

Avantages. L’organisation qui les contrôle définit les niveaux de permission, la sécurité, les autorisations et l’accessibilité. Par exemple, une organisation qui met en place un réseau blockchain privé peut déterminer quels nœuds peuvent voir, ajouter ou modifier des données. Elle peut également empêcher des tiers d’accéder à certaines informations.

« Vous pouvez considérer les blockchains privées comme l’intranet, tandis que les blockchains publiques ressemblent davantage à l’internet », a déclaré Godefroy.

Parce qu’elles sont limitées en taille, les blockchains privées peuvent être très rapides et traiter des transactions beaucoup plus rapidement que les blockchains publiques.

Inconvénients. Les inconvénients des blockchains privées incluent l’affirmation controversée qu’elles ne sont pas de véritables blockchains, puisque la philosophie de base de la blockchain est la décentralisation. Il est également plus difficile d’obtenir une confiance totale dans les informations, puisque des nœuds centralisés déterminent ce qui est valide. Le petit nombre de nœuds peut également signifier une sécurité moindre. Si quelques nœuds se rebellent, la méthode de consensus peut être compromise.

En outre, le code source des blockchains privées est souvent propriétaire et fermé. Les utilisateurs ne peuvent pas le vérifier ou le confirmer de manière indépendante, ce qui peut conduire à une sécurité moindre. L’anonymat n’existe pas non plus sur une blockchain privée.

Cas d’utilisation. La rapidité des blockchains privées les rend idéales pour les cas où la blockchain doit être cryptographiquement sécurisée mais où l’entité qui la contrôle ne veut pas que le public ait accès aux informations.

3. Blockchain hybride

Comment cela fonctionne. Parfois, les organisations veulent le meilleur des deux mondes et utilisent une blockchain hybride, un type de technologie de blockchain qui combine des éléments de blockchain privée et publique. Elle permet aux organisations de mettre en place un système privé, basé sur des autorisations, parallèlement à un système public sans autorisation, ce qui leur permet de contrôler qui peut accéder à des données spécifiques stockées dans la blockchain, et quelles données seront ouvertes au public.

En général, les transactions et les enregistrements d’une blockchain hybride ne sont pas rendus publics mais peuvent être vérifiés si nécessaire, par exemple en autorisant l’accès par un contrat intelligent. Les informations confidentielles sont conservées à l’intérieur du réseau mais restent vérifiables. Même si une entité privée peut posséder la blockchain hybride, elle ne peut pas modifier les transactions.

Lorsqu’un utilisateur rejoint une blockchain hybride, il a un accès complet au réseau. L’identité de l’utilisateur est protégée des autres utilisateurs, sauf s’il effectue une transaction. Dans ce cas, son identité est révélée à l’autre partie.

Avantages. L’un des grands avantages de la blockchain hybride est que, comme elle fonctionne dans un écosystème fermé, les pirates extérieurs ne peuvent pas monter une attaque à 51 % sur le réseau. Elle protège également la vie privée mais permet de communiquer avec des tiers. Les transactions sont bon marché et rapides, et elle offre une meilleure évolutivité qu’un réseau blockchain public.

Inconvénients. Ce type de blockchain n’est pas totalement transparent car les informations peuvent être protégées. La mise à niveau peut également être un défi, et les utilisateurs ne sont pas incités à participer ou à contribuer au réseau.

Cas d’utilisation. La blockchain hybride présente plusieurs cas d’utilisation importants, notamment dans le domaine de l’immobilier. Les entreprises peuvent utiliser une blockchain hybride pour gérer des systèmes de manière privée, mais montrer certaines informations, telles que les annonces, au public. Le commerce de détail peut également rationaliser ses processus grâce à la blockchain hybride, et les marchés hautement réglementés comme les services financiers peuvent également tirer des avantages de son utilisation.

Les dossiers médicaux peuvent être stockés dans une blockchain hybride, selon M. Godefroy. Le dossier ne peut pas être consulté par des tiers aléatoires, mais les utilisateurs peuvent accéder à leurs informations par le biais d’un contrat intelligent. Les gouvernements pourraient également l’utiliser pour stocker les données des citoyens de manière privée, tout en partageant les informations de manière sécurisée entre les institutions.

4. Blockchain de consortium

Comment fonctionne-t-elle ? Le quatrième type de blockchain, la blockchain de consortium, également appelée blockchain fédérée, est similaire à une blockchain hybride en ce sens qu’elle possède des caractéristiques de blockchain privée et publique. Mais elle est différente dans la mesure où plusieurs membres de l’organisation collaborent sur un réseau décentralisé. Essentiellement, une blockchain de consortium est une blockchain privée dont l’accès est limité à un groupe particulier, ce qui élimine les risques liés au contrôle du réseau par une seule entité sur une blockchain privée.

Dans une blockchain de consortium, les procédures de consensus sont contrôlées par des nœuds prédéfinis. Elle dispose d’un nœud validateur qui initie, reçoit et valide les transactions. Les nœuds membres peuvent recevoir ou initier des transactions.

Avantages. Une blockchain de consortium a tendance à être plus sûre, plus évolutive et plus efficace qu’un réseau blockchain public. Comme les blockchains privées et hybrides, elle offre également des contrôles d’accès.

Inconvénients. La blockchain de consortium est moins transparente que la blockchain publique. Elle peut toujours être compromise si un nœud membre est victime d’une faille, les règlements propres à la blockchain peuvent nuire à la fonctionnalité du réseau.

Cas d’utilisation. Les banques et les paiements sont deux utilisations de ce type de blockchain. Différentes banques peuvent se regrouper et former un consortium, en décidant quels nœuds valideront les transactions. Les organismes de recherche peuvent créer un modèle similaire, tout comme les organisations qui souhaitent assurer le suivi des aliments. C’est idéal pour les chaînes d’approvisionnement, en particulier pour les applications alimentaires et médicales.

Bien qu’il s’agisse des quatre principaux types de blockchain, il faut également tenir compte des algorithmes de consensus. En plus de PoW et PoS, quiconque prévoit de mettre en place un réseau voudra également considérer les autres types, disponibles sur différentes plateformes comme Wave et Burstcoin. Par exemple, la preuve d’enjeu louée permet aux utilisateurs de gagner de l’argent grâce au minage, sans que le nœud ait besoin de miner lui-même. La preuve d’importance utilise à la fois le solde et les transactions pour attribuer une importance à chaque utilisateur.

En définitive, la technologie blockchain gagne en popularité et obtient rapidement le soutien des entreprises. Chacun de ces types de blockchain a une application potentielle qui peut améliorer la confiance et la transparence et créer un meilleur enregistrement des transactions.

Blockchains avec ou sans autorisation : Principales différences Les bouleversements de l’année dernière ont entraîné l’accélération de nombreuses…