Ad
Ad
Ad
Catégorie

Intelligence Artificielle

Catégorie

L’Autriche a eu les honneurs de l’évènement européen de Workday. Le spécialiste du HCM et de la planification en a profité pour annoncer avoir doublé le nombre de ses clients (500) sur un an au sein de la zone Europe et Asie-Pacifique plus le Japon (sans pour autant donner une répartition par zone). La firme revendique, sur le sol européen, 1 600 salariés et entend bien conquérir de nouveaux clients notamment des ETI (entreprises de taille intermédiaire), confie le CEO Aneel Bushri. Dans cette stratégie de conquête, l’innovation est souvent un élément important et Workday investi fortement dans la R&D pour apporter les dernières technologies à ses clients.

Il y a bien sûr le cloud avec la capacité pour les clients de Workday de déployer les solutions de gestion financière et de HCM sur les infrastructures AWS. Ce projet a été initié en 2016 (avec des tests au Canada) et il est effectif en cette fin d’année aux Etats-Unis. Cette option sera prochainement disponible en Europe, en Allemagne dans un premier temps (au premier semestre 2019), « sous l’influence du RGPD et les exigences en matière de localisation des données », admet le Aneel Bushri.

De l’IA par infusion

Mais la star des innovations n’est plus le cloud, c’est l’intelligence artificielle. Le nouveau mantra des éditeurs de logiciel est d’intégrer les apports du machine learning et du deep learning au sein de leurs solutions. « Il s’agit d’une machine à prédiction et les technologies doivent être intégrées au sein des solutions », constate Leighanne Levensaler, vice-présidente en charge de la stratégie chez Workday. Les différentes branches de l’éditeur héritent donc de l’expertise de la firme dans l’analytique, mais aussi des différentes acquisitions comme Platfora, le cœur de la plateforme Prism, ou Stories, RallyTeam, SkipFlag.

Tour à tour les responsables de chaque division ou entité de Workday se sont succédé sur scène pour expliquer l’impact du machine learning. Ainsi, Tom Bogan, CEO d’Adaptive Insight (outil de planification budgétaire racheté en juin dernier pour 1,5 milliard de dollars), souligne que « l’intelligence artificielle va impacter le domaine de la planification budgétaire pour les 5 à 10 prochaines années, avec une plus grande automatisation, l’intégration de la gestion du risque, etc. ». En matière de ressources humaines, Workday a lancé récemment un service baptisé Skill Cloud, basé sur de l’apprentissage automatique, pour détecter les meilleures compétences pour une tâche, aider les collaborateurs à améliorer leur profil ou les orienter sur des formations pour une évolution de carrière. Dans le domaine de la gestion financière, le machine learning va servir à faciliter la détection d’anomalies dans les transactions ou la création de rapports mensuels. Workday travaille aussi sur un service « Accouting Center », qui regroupera dans un point unique des règles comptables au sein des entreprises en s’appuyant là aussi sur de l’apprentissage automatique.

Des clients prêts à tester

Et les clients sont-ils sensibles à l’intégration de l’IA au sein des produits Workday ? Dans les ressources humaines, l’intérêt pour les bots est réel. Chez la SSII Umanis, qui va déployer la solution HCM de Workday, on regarde la mise en place d’un chatbot à destination des collaborateurs pour être « un support dans la gestion du changement sur les nouveaux outils et servir de « lab interne » sur ce sujet », souligne François Bouchery, program manager. L’ESN souhaite travailler avec Workday pour être un « early adopter » en la matière. Elle regarde plus globalement l’IA pour aider à la mobilité interne « en détectant les bonnes compétences et les bonnes personnes correspondantes aux opportunités de carrière », poursuit le responsable.

Pour d’autres clients, la question de l’IA repose sur la maturité d’intégration des solution Workday. « L’IA va nous servir à mieux comprendre notre business et ses évolutions », explique Emma Castledine, responsable du reporting et gestion des risques chez Gym Group, une chaîne anglaise de salles de sport. L’automatisation des tâches, obtenir et visualiser les meilleures informations pertinentes pour des tableaux de bord, sont d’autres bénéfices de l’IA attendus par les entreprises.