Ad
Ad
Ad
Cryptomonnaie

Bitcoin : L’optimisme est-il de retour ?

L’éclatement de la bulle et la dépression qui s’est installée par la suite semble se dissiper. De nombreux spécialistes des cryptomonnaies sont confiants sur la progression des cours.

Le Bitcoin a été déclaré mort au moins 103 fois dans la presse anglo-saxonne depuis son krach enregistré en décembre 2017. Il venait alors d’atteindre un record historique autour de 20.000 dollars. Et depuis ? On a assisté à une période de dépression lors de laquelle les cours ont plongé inexorablement pour atteindre un niveau situé entre 3.500 et 4.000 dollars (-81%). Autant de raison qui poussent les investisseurs à se montrer frileux sur la perspective de placer quelques deniers dans les cryptomonnaies. Mais comme après chaque crise, le soleil finit par se lever à nouveau.

Selon une étude publiée le 28 février par le business angel américain Zachary DeWitt auprès de 91 professionnels du secteur blockchain (fonds de capital-risque, fonds de placement, traders, entrepreneurs, développeurs, chercheurs, etc.), la capitalisation totale des cryptomonnaies devrait doubler en 2019 pour atteindre 214 milliards de dollars.

Sans surprise, Bitcoin est l’actif qui recueille le plus de suffrages : 46% l’évoquent lorsqu’ils ne doivent en retenir qu’un. Il confirme ainsi son caractère dominant et moteur : quand il va bien, Bitcoin entraîne avec lui tout le secteur. Et quand c’est la dégringolade, il fait partie de ceux qui résistent le mieux. Cela s’explique notamment car Bitcoin est l’unique crypto-actif à pouvoir être échangé partout contre des monnaies traditionnelles lorsque c’est possible. Il profite également de son statut de “premier arrivé”.

Les investisseurs ne s’y trompent pas : en moyenne, 49% de la valeur de leur portefeuille repose sur lui. Interrogés sur leur prévision du cours du Bitcoin le 31 décembre 2022, ils estiment en moyenne qu’il tournera autour de 86.000 dollars (35.000 dollars en médiane). Les sondés jugent également en moyenne que le cours ne pourra plus descendre en dessous de 2.400 dollars (2.500 dollars en médiane).

Bitcoin toujours privilégié, ether et BNB en embuscade

En dehors du “roi” Bitcoin, l’ether (la cryptomonnaie fonctionnant sur le protocole Ethereum) reste sans surprise le deuxième actif le plus plébiscité (10%), suivi par le BNB, la cryptomonnaie développée par la plateforme d’échange Binance (6%). Ce n’est pas étonnant dans la mesure où ce coin n’en finit plus de progresser : +196% depuis la fin décembre. Cela s’explique par le lancement début mars d’une nouvelle bourse sur laquelle le BNB est indispensable pour s’acquitter des frais de transaction. Et comme nous l’avons expliqué dans un article précédent, Binance brûle régulièrement des cryptomonnaies pour mécaniquement faire monter la valeur du BNB.

“D’un point de vue technologique, les blockchains publiques tels que Bitcoin et Ethereum ont gardé leur pleine attractivité et réunissent de nombreux développeurs autour de centaines de projets”, souligne Marc Zeller, analyste pour le courtier français Coinhouse. “Nous continuons à penser que la blockchain est une technologie révolutionnaire et que 2019 est une parfaite opportunité pour s’intéresser de près au crypto-actifs et à leurs protocoles publics”.

L’essor du Lightning Network, un protocole qui permet de décupler le nombre de transactions gérées par Bitcoin, est aussi un des motifs de satisfaction. Tout comme la vague de régulation observée dans les grands pôles financiers. Les experts regardent désormais avec impatience l’arrivée imminente des cryptomonnaies de Facebook et Telegram.

Le lancement aux États-Unis d’un fonds indiciel corrélé sur le Bitcoin (ETF) est également anticipé comme une perspective très positive. Ce produit financier permettrait notamment aux fonds de pension de s’exposer au Bitcoin sans avoir à se soucier des question de la sécurité (formation, conservation, risques de piratage, etc.). Un ETF aurait également l’avantage de s’imbriquer au système financier traditionnel. La Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain des marchés financiers, doit prochainement donner son avis sur plusieurs initiatives. Elle a pour l’instant toujours refusé leur création.

Ecrire un commentaire